Rencontre confirmée entre la FEUQ et le nouveau ministre de l'Enseignement supérieur

Publication: Mis à jour:
Pierre Duchesne et Pauline Marois, lors de sa nomination. (PC)
Pierre Duchesne et Pauline Marois, lors de sa nomination. (PC)

À peine nommé nouveau ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et des Technologies, Pierre Duchesne, aurait pris l’engagement de tenir une rencontre dans les prochains jours avec la Fédération étudiante université du Québec (FEUQ). Cette nouvelle réjouit la présidente de la Fédération, Martine Desjardins, qui y voit un signe d’ouverture.

«C’est maintenant officiel et on peut le dire: il y aura une rencontre avec M. Duchesne dans les prochains jours», a indiqué la présidente de la FEUQ en entrevue avec le Huffington Post Québec.

Invitée à commenter la composition du nouveau Conseil des ministres sous le gouvernement de Pauline Marois, Mme Desjardins s’est dite satisfaite de la nomination d’un ministre dédié à l’éducation supérieure.

«C’est une bonne nouvelle d’avoir scindé le ministère de l’Éducation et d’avoir un ministre responsable de l’Enseignement supérieur», dit-elle, indiquant être prête à collaborer avec le nouveau ministre, Pierre Duchesne.

La FEUQ a déjà eu une rencontre avec M. Duchesne dans le passé. En effet, lors de la campagne électorale, le Parti québécois avait délégué le futur député de Borduas afin d’aller rencontrer les membres de la FEUQ réunis en congrès. Cette rencontre s’était visiblement bien passée, atteste Mme Desjardins.

«On avait demandé d’avoir un représentant du Parti québécois et c’est M. Duchesne qui est venu à notre congrès. C’est quand même une bonne chose, car il a eu l’occasion de connaître nos préoccupations», a-t-elle expliqué.

Au chapitre des préoccupations de la FEUQ, au-delà de l’annulation de la hausse des frais de scolarité, Mme Desjardins a notamment parlé de la situation «chaotique dans les institutions», au niveau de la rentrée.

La FEUQ tiendra un point de presse à Québec, demain en matinée.

Le gouvernement doit faire vite

Président de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal, Mario Beaulieu, s’est dit satisfait de la composition du nouveau Conseil des ministres. Il estime toutefois que le gouvernement Marois devra agir rapidement notamment sur le dossier de la langue.

«Il faut que le gouvernement bouge assez vite pour la langue,dit-il. Il faut renforcer l’Office québécois de la langue française afin de leur donner un mandat plus fort», estime-t-il.

M. Beaulieu a également réagi à la nomination de Diane De Courcy à titre de ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, et responsable de la Charte de la langue française. «Mme De Courcy connaît bien Montréal et ses réalités», a-t-il lancé.

Des objectifs réciproques

En entrevue avec le Huffington Post Québec, le président du Collège des Médecins, le Dr Charles Bernard a quant à lui félicité le nouveau ministre de la Santé et des Services sociaux, le docteur Réjean Hébert pour sa nomination. «L’arrivée du docteur Hébert est une bonne nouvelle, a-t-il dit.

Le Collège est satisfait également de l’intention du gouvernement Marois de mettre une attention particulière sur l’accessibilité des soins de santé, ainsi que sur la prévention et les bonnes habitudes. Des objectifs louables, a souligné le président.

Il a également souligné l’arrivée de Véronique Hivon à titre de ministre déléguée à la Santé publique et à la Protection de la jeunesse. Il s'agit d'une députée que le Collège a eu la chance de connaître et apprécier dans le cadre de la commission spéciale de Mourir dans la dignité.

EN IMAGES:

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Le conseil des ministres de Pauline Marois
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction