NOUVELLES

Bas-Saint-Laurent : le Conseil national des chômeurs poursuit sa tournée

19/09/2012 10:14 EDT | Actualisé 19/11/2012 05:12 EST

Le Conseil national des chômeurs poursuit sa tournée de sensibilisation sur le rapatriement au Québec du programme fédéral de l'assurance-emploi.

De passage à Matane, le conseil a attiré, mardi soir, une cinquantaine de personnes.

Ancien vice-président de la CSN de 1984 à 2011, Roger Valois qui fait partie de la tournée du Conseil national explique que le conseil demande au gouvernement Marois d'instituer un comité d'étude sur la question. La question du rapatriement est d'ailleurs une promesse électorale de la nouvelle première ministre. Le projet risque toutefois de rencontrer de l'opposition à Ottawa.

La demande du nouveau gouvernement du Parti québécois a été relayée à la Chambre des communes par le Bloc québécois.

Mardi, le député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matapédia-Matane, Jean-François Roy, a demandé au gouvernement s'il est ouvert à discuter du rapatriement de l'assurance-emploi vers le Québec. La ministre Ressources humaines et du Développement des compétences, Diane Finley, a esquivé la question en répondant que depuis 1940, le système d'assurance emploi est une compétence fédérale.

Pour sa part, le ministre de l'Industrie, Christian Paradis a indiqué que l'assurance-emploi était de juridiction fédérale et qu'il n'était pas question de démanteler ainsi la fédération.

Inquiétudes

Plusieurs travailleurs saisonniers sont inquiets des conséquences de la dernière réforme du programme qui obligera plusieurs d'entre eux à accepter un emploi dans divers domaines de compétence et moins bien rémunéré. La règle s'appliquera différemment selon ce qu'Ottawa considérera comme chômeurs occasionnels ou chômeurs fréquents.

Dans ce dernier cas, une personne devra accepter un emploi offert près de chez elle après huit semaines de prestations.

Depuis dimanche, les prestataires d'assurance-emploi de 21 régions du Canada, incluant la Gaspésie, les Îles-de-la-Madeleine, la Côte-Nord et le Bas-Saint-Laurent, n'ont plus droit au programme qui prolongeait leur allocation pendant cinq semaines supplémentaires.

Pour les travailleurs saisonniers, c'est le retour à ce que d'aucuns surnommaient « le trou noir », soit une période de quelques semaines sans revenu avant le retour à l'emploi.

Le Conseil national des chômeurs finira sa tournée dans l'Est du Québec mercredi soir à Rimouski.

PLUS: