Le sommeil joue un rôle dans le contrôle du poids, disent des experts

Publication: Mis à jour:
FAMILLE SOMMEIL
(Shutterstock) | Shutterstock

TORONTO - Une bonne nuit de sommeil est essentielle au maintien d'un poids santé, affirment de plus en plus de scientifiques.

Dans un commentaire publié dans l'édition courante du Journal de l'Association médicale canadienne, deux chercheurs spécialisés en obésité expliquent que l'ancienne formule — selon laquelle il faut dépenser plus d'énergie que ce qui est ingéré — est trop simple.

Le docteur Jean-Philippe Chaput, du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario, explique par exemple que l'obésité est une problématique très complexe qui implique une multitude de facteurs. M. Chaput et son co-auteur, le docteur Angelo Tremblay de l'université Laval à Québec, précisent qu'un sommeil inadéquat compte parmi ces facteurs.

Les gens qui ne dorment pas assez sont conséquemment éveillés plus longtemps, ce qui leur donne plus de temps pour ingurgiter des calories. Les études ont démontré, par exemple, que les gens qui regardent la télévision plutôt que d'aller au lit sont susceptibles de grignoter; ils consommeraient quotidiennement entre 400 et 500 calories de plus que ceux qui se couchent et se lèvent tôt, selon M. Chaput.

De plus, les gens qui ne dorment que peu sécrètent davantage de ghréline, une hormone qui stimule l'appétit. Un sommeil inadéquat stresse également l'organisme, stimulant la production de cortisol, une hormone associée au stress. Il est bien connu que les gens légèrement stressés mangent plus, a dit M. Chaput.

Tous ces changements hormonaux peuvent ensuite saboter les efforts de perte de poids, a-t-il expliqué.

«On sait que les gens qui ne dorment pas beaucoup se sentent plus affamés, a ajouté M. Chaput. Et quand on réduit les calories dans l'alimentation de ces mauvais dormeurs, on se retrouve avec des gens encore plus affamés.»

Le docteur Arya Sharma, le détenteur de la chaire en obésité de l'université de l'Alberta à Edmonton, n'a pas participé à la rédaction du commentaire, mais il est d'accord avec ses conclusions.

«On sait (...) depuis longtemps que les gens qui ne dorment pas assez tendent à être moins actifs physiquement pendant le jour», a-t-il rappelé.

Par ailleurs, dit-il, le manque de sommeil affecte l'humeur, qui peut inciter les gens à manger en réaction à leurs émotions. Une personne fatiguée a aussi plus de difficultés à contrôler ses impulsions, a ajouté le docteur Sharma.