NOUVELLES

L'économie et l'emploi à l'ordre du jour à Ottawa

17/09/2012 12:47 EDT | Actualisé 17/11/2012 05:12 EST

Le gouvernement conservateur gardera le cap sur l'économie et l'emploi en prévision de la rentrée parlementaire, ont indiqué le leader parlementaire Peter Van Loan et le ministre des Anciens Combattants, Steven Blaney, lundi, à Ottawa.

Les deux politiciens ont présenté les priorités de leur gouvernement en matinée dans le foyer de la Chambre des communes. Peu de nouveautés sont au menu parlementaire pour la session d'automne, le gouvernement Harper comptant essentiellement aller de l'avant avec des projets de loi déjà déposés à la Chambre des communes.

La seule nouveauté réside dans le dépôt d'un deuxième projet de loi exécutoire du budget, projet de loi visant à faire adopter les mesures pour mettre en oeuvre la suite du plan d'action économique 2012. La loi contiendra notamment un allègement fiscal pour les petites entreprises qui créent de nouveaux emplois.

« La pierre angulaire de nos travaux à la Chambre des communes cet automne sera une loi exécutoire visant à mettre en oeuvre les mesures législatives découlant du plan d'action économique 2012 », a déclaré M. Blaney.

« Le plan fonctionne », a de son côté affirmé M. Van Loan pour justifier le recours à une loi exécutoire. « Le Canada a créé le plus d'emplois dans le G7, 770 000 emplois dont 90 % à temps plein, depuis le ralentissement économique », a-t-il ajouté.

Le ministre Van Loan n'a toutefois pas précisé la date à laquelle le projet de loi sera déposé, pas plus qu'il n'a donné de détails sur son ampleur. Rappelons qu'en juin dernier, le projet de loi C-38, surnommé projet de loi « mammouth », avait fait l'objet d'une bataille épique à Ottawa.

Lors de la présentation de leurs priorités pour la session parlementaire qui vient, les deux politiciens ont voulu interpeller les familles de la classe moyenne canadienne « qui travaillent fort ». « Les familles qui se lèvent tôt le matin, qui vont reconduire les enfants à l'école [...] sont au coeur de nos préoccupations, a déclaré M. Blaney. C'est la raison pour laquelle nous nous concentrons sur la création de nouveaux emplois et sur la protection des emplois existants, afin de préserver la croissance économique et assurer une prospérité durable. »

Une opposition constructive

La leader parlementaire du Nouveau Parti démocratique (NPD), Nycole Turmel, tout en promettant une opposition constructive avec des solutions concrètes, a pour sa part dénoncé les attaques du gouvernement contre le tissu social canadien.

Mme Turmel a précisé que les réductions imposées à l'assurance-emploi, le système de santé et les retraites constitueraient des priorités pour l'opposition officielle. « Stephen Harper prétend que les services dont dépendent les Canadiens depuis des générations coûtent tout à coup trop cher et qu'il faut les couper », a-t-elle précisé.

Les conservateurs insistent sur l'importance de réduire le fardeau fiscal des Canadiens et accusent le NPD de vouloir l'alourdir avec l'imposition d'une taxe sur le carbone. « Une taxe sur le carbone ne ferait pas seulement augmenter le prix de l'essence, mais de tout », soutient M. Van Loan.

Le NPD dénonce par ailleurs l'absence d'un plan sur les changements climatiques des conservateurs, les accusant de faire oublier cette réalité en martelant « des mensonges » sur le sujet et en « lançant de la boue » à ceux qui proposent des solutions.

Le NPD accuse également le gouvernement de ne pas avoir de plan en matière économique autrement que de brader les ressources naturelles du pays à l'état brut. L'opposition reproche au PC de ne pas avoir de plan pour développer l'industrie grâce à la transformation des ressources naturelles.

La loi et l'ordre

Les députés conservateurs ont également annoncé le maintien de leurs objectifs sur la loi et l'ordre.

Ils entendent reprendre les projets de loi C-37 sur la responsabilisation des contrevenants, C-42 sur la transparence et l'imputabilité de la GRC, S-7 sur la lutte contre le terrorisme, ainsi que le projet de loi C-43, qui vise à faciliter le renvoi de criminels étrangers.

Par ailleurs, le gouvernement conservateur devra composer avec la motion d'un de ses députés réclamant un débat sur le statut juridique du foetus. Cette motion, déposée en février dernier par le député Stephen Woodworth, réclame qu'un comité parlementaire se penche sur la question.

Les députés débattront de ce sujet vendredi à la Chambre des communes, un sujet qui crée des remous à l'Assemblée législative comme au sein des groupes de pression.

Les partis d'opposition et les groupes pro-choix craignent que ce débat ne soit qu'une façon détournée pour le gouvernement conservateur de rouvrir le débat sur la question du droit à l'avortement.

PLUS: