NOUVELLES

L'émissaire international pour la Syrie quitte Damas

16/09/2012 01:33 EDT | Actualisé 15/11/2012 05:12 EST

Après une visite de quatre jours, l'émissaire international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a quitté Damas, dimanche. Pour les rebelles, la mission de M. Brahimi est vouée à l'échec.

Au cours de sa visite, l'émissaire international pour la Syrie a rencontré samedi le président Bachar Al-Assad et dialogué via Skype avec des chefs rebelles, dimanche.

« Nous sommes sûrs que Brahimi échouera comme les autres émissaires avant lui, mais nous ne voulons pas être tenus responsables de cet échec », a affirmé le colonel Abdel Jabbar al-Oqaidi, chef du conseil militaire rebelle à Alep, dans le nord du pays, en référence notamment à Kofi Annan, prédécesseur de M. Brahimi.

« Nous sommes convaincus qu'il va échouer parce que la communauté internationale ne veut pas en réalité aider le peuple syrien », a-t-il expliqué. Depuis des mois, les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ne parviennent pas à se mettre d'accord sur des sanctions à l'encontre du régime de Damas.

Sur le terrain, les violences ont repris de plus belle dimanche, avec des bombardements intensifs et des combats sur plusieurs fronts. Des secteurs de la province de Damas, de Deraa (sud), de Hama, Homs (centre) et Deir Ezzor (est) étaient la cible de raids aériens ou de l'artillerie lourde des forces du régime, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

À Alep, la métropole du Nord dont plusieurs quartiers ont été dévastés après deux mois de violents combats, le quartier de Hanano était bombardé aux obus alors qu'un avion de combat a tiré des missiles sur celui de Sakhour, a indiqué l'ONG.

Selon un bilan provisoire de l'OSDH, 18 civils et deux rebelles ont été tués dans le pays dimanche, dont sept dans une attaque à l'explosif contre un autobus dans la région de Deraa.

L'ONG estime que depuis le début du conflit, il y a 18 mois, 27 000 personnes ont perdu la vie.

PLUS: