NOUVELLES

Le Hezbollah appelle à des manifestations contre la vidéo islamophobe

16/09/2012 05:54 EDT | Actualisé 16/11/2012 05:12 EST

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a appelé dimanche à des manifestations à travers tout le Liban contre la vidéo islamophobe L'innocence des musulmans, à l'origine des violences antiaméricaines qui ont coûté la vie à quatre diplomates américains et à plusieurs manifestants ailleurs dans le monde arabo-musulman au cours des derniers jours.

« Vous devez montrer au monde entier votre colère et vos cris, lundi et les jours qui suivent » a déclaré le chef du mouvement chiite.

Hassan Nasrallah a appelé ses partisans à manifester dès lundi dans la banlieue sud de Beyrouth, mercredi à Tyr, vendredi à Baalbeck, samedi à Bent Jbeil et dimanche dans la Bekaa.

Le secrétaire général du Hezbollah s'est également adressé aux musulmans dans le monde, les exhortant à réagir face à ce film qu'il décrit comme la « pire attaque contre l'islam, pire encore que les versets sataniques de Salman Rushdie publiés en 1988, que le fait de brûler des exemplaires du Coran en Afghanistan ou les caricatures du prophète Mahomet », publié par un journal au Danemark en 2005.

Pour Hassan Nasrallah, qui s'exprimait sur la chaîne chiite Al-Manar, « les responsables de ce film, à commencer par les États-Unis, doivent rendre des comptes ».

Le leader du Hezbollah en a rajouté en affirmant que « tous ces événements ont été orchestrés par le renseignement américain » et que les États-Unis s'abritent derrière l'argument de la liberté d'expression pour justifier la diffusion du film.

Hassan Nasrallah a réclamé l'adoption d'une résolution « dans les principales institutions internationales » pour « interdire les insultes aux religions » et a demandé une réunion « urgente » de la Ligue arabe sur ce film.

L'appel d'Hassan Nasrallah intervient après le départ du pape Benoît XVI, qui a effectué une visite épiscopale de trois jours au Liban, où il a appelé les pays arabes à oeuvrer pour la paix.

Le chef du Hezbollah s'était déjà déclaré en faveur déclaré favorable à la venue du souverain pontife au Liban.

PLUS: