NOUVELLES

Afghanistan : Quatre soldats américains et huit civiles tués

16/09/2012 08:19 EDT | Actualisé 16/11/2012 05:12 EST

Quatre soldats américains de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) de l'OTAN ont été tués dimanche en Afghanistan par des infiltrés dans la police afghane. Par ailleurs, huit femmes ont été tuées dans un bombardement nocturne de l'OTAN.

L'attaque contre les soldats de l'ISAF s'est produite dimanche matin à un poste de contrôle dans le sud de l'Afghanistan. Quatre militaires étaient déjà morts et deux autres blessés lorsqu'une unité appelée en renfort est arrivée sur place, a expliqué un porte-parole de l'OTAN. L'un des six policiers afghans formant une unité conjointe avec les six soldats attaqués était aussi mort. Les cinq autres avaient disparu.

C'est la troisième attaque en trois jours de membres des forces afghanes ou d'insurgés portant des uniformes militaires contre des soldats de l'ISAF. Au total, huit soldats ont été tués.

Par ailleurs, huit femmes ont été tuées et huit autres blessées samedi dans un bombardement nocturne de l'OTAN dans la province de Laghman, à l'est de Kaboul, a affirmé dimanche un responsable local afghan.

L'ISAF a indiqué qu'elle « venait de prendre conscience » d'avoir causé la mort de « cinq à huit Afghans » lors d'un bombardement. Et si la coalition affirme avoir tué « un grand nombre d'insurgés » dans cette attaque aérienne, les habitants du district reculé d'Alingar soutiennent que les victimes civiles allaient chercher du bois avant l'aube. Des dizaines d'entre eux ont défilé dimanche aux cris de « Mort à l'Amérique, mort aux Juifs » devant le gouvernement provincial.

Les relations entre les militaires étrangers et les forces afghanes sont rendues plus difficiles par la mort de civils tués lors d'interventions de l'OTAN. Plus de 200 personnes sont mortes ainsi depuis le début de l'année selon les chiffres de la coalition internationale.

Du côté des militaires étrangers, 51 d'entre eux ont été tués cette année par des insurgés infiltrés au sein de la police ou de l'armée afghane.

PLUS: