NOUVELLES

La CRT rejette la requête

14/09/2012 11:07 EDT | Actualisé 14/11/2012 05:12 EST

La requête des joueurs du Canadien pour invalider le possible lock-out de la Ligue nationale a été rejetée, vendredi, par la Commission des relations du travail (CRT) du Québec.

La demande d'ordonnance provisoire visait à empêcher le déclenchement du lock-out au Québec.

Les joueurs du Canadien souhaitaient faire valoir qu'ils ne peuvent pas être mis en lock-out puisque l'Association des joueurs n'est pas un syndicat reconnu au Québec.

Pour des raisons qui seront expliquées ultérieurement, cette demande a été rejetée par la CRT.

Les joueurs du Tricolore ont perdu une bataille, mais ils ont encore une chance de gagner la guerre. Les deux parties seront convoquées à nouveau pour débattre du litige sur le fond.

Les avocats des 16 joueurs du Tricolore ont plaidé pendant la séance matinale, tandis que la partie adverse a pris près de trois heures pour expliquer sa position, en après-midi.

La Ligue nationale n'a pas tardé à réagir par l'entremise de l'adjoint au commissaire, Bill Daly.

« Nous sommes ravis, mais pas surpris de la décision de la CRT. Nous espérons que cette décision fera en sorte que l'Association des joueurs cesse ces distractions inutiles et concentre ses efforts sur les négociations de la nouvelle convention collective. »

De son côté, le directeur juridique de l'Association des joueurs, Don Zavelo, a commenté la décision par voie de communiqué.

« Nous sommes satisfaits de la décision de la Commission. Elle a à la fois rejeté le motif d'urgence invoqué par les joueurs, mais également la demande d'annulation de la cause de la LNH. La décision reconnaît que les questions soulevées par les joueurs sur la légalité d'un lock-out méritent d'être entendues (dans un litige sur le fond). »

L'audience a eu lieu à Montréal. Le Canadien y était représenté par son vice-président et chef de l'exploitation, Kevin Gilmore. Aucun joueur n'a été aperçu sur place.

La Ligue nationale pourrait déclencher samedi soir, à minuit, un lock-out si aucune entente n'intervient pour une nouvelle convention collective.

Leurs avocats soutenaient également que les contrats lient les joueurs au Canadien, et non pas à la Ligue nationale.

Une démarche identique a été lancée en Alberta pour les joueurs des Flames et des Oilers.

PLUS: