NOUVELLES

Vision Montréal mise sur la relance du secteur manufacturier

13/09/2012 03:01 EDT | Actualisé 12/11/2012 05:12 EST

Le parti de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal, Vision Montréal, mène une charge contre l'administration du maire Gérald Tremblay, lui reprochant le déclin du secteur manufacturier de la métropole québécoise.

La chef de Vision Montréal, Louise Harel, de même que les maires d'arrondissement Réal Ménard et Chantal Rouleau, réclament des investissements municipaux afin de revitaliser les parcs industriels montréalais. « Le nombre de grues dans le ciel de Montréal pour construire des hôpitaux, des condos et des tours de bureaux doit cesser de masquer la désindustrialisation galopante et les pertes d'emplois dans le secteur de la fabrication », a déclaré Mme Harel.

Vision Montréal rappelle que la dernière publication de Statistique Canada sur le sujet fait état de la perte de 2277 entreprises et de 61 700 emplois (perte de 40 %) dans le domaine de la fabrication à Montréal entre 2000 et 2011.

Mme Harel soutient que les 19 parcs industriels de Montréal, particulièrement ceux qui se trouvent dans l'est de la métropole, représentent un potentiel de développement économique. Vision Montréal estime que la Ville doit revitaliser ces parcs industriels afin de relancer ce secteur d'activité.

La revitalisation commence par la décontamination des sols, selon Vision Montréal. Or, le rapport d'une commission estimait les besoins à 800 millions de dollars pour décontaminer les 20 millions de mètres carrés - soit 6 % du territoire de la Ville - de terrains contaminés.

Vision Montréal réclame le début des travaux de décontamination afin d'offrir du travail aux 101 100 chômeurs montréalais. Les propos des élus de Vision Montréal rejoignent ceux des représentants de la Chambre de commerce de Montréal. Ces derniers plaident en priorité pour le train de l'est, le prolongement du métro dans l'est et la décontamination des terrains, en particulier dans le secteur du boulevard de L'Assomption.

Le parti de Mme Harel accuse l'administration Tremblay de tout miser sur le développement immobilier et de négliger les autres secteurs d'activité économique. Elle estime que la Ville doit tenir un Forum sur l'emploi manufacturier.

« Il ne s'agit pas de maintenir Montréal dans l'économie du passé, bien au contraire, plaide Mme Harel. Une des grandes forces de Montréal est, encore aujourd'hui, d'avoir l'économie la plus diversifiée au Canada. Cet avantage concurrentiel doit demeurer tout en soutenant l'économie des services et du savoir. »

PLUS: