NOUVELLES

Pourquoi Findlay n'était pas au courant ?

13/09/2012 09:59 EDT | Actualisé 13/11/2012 05:12 EST

Après les révélations de Paula Findlay sur son problème d'anémie, Triathlon Canada compte vérifier pourquoi personne n'en a tenu compte dans sa préparation olympique.

Le journal The Globe and Mail révèle jeudi que le directeur exécutif de la fédération, Alan Trivett, veut obtenir des médecins qui suivent la triathlonienne des réponses sur cette affaire.

Rappelons que Paul Findlay a fini au dernier rang du triathlon olympique, après avoir été victime d'une importante défaillance.

L'athlète canadienne a expliqué qu'elle n'avait découvert que la semaine dernière qu'elle souffrait d'anémie après qu'elle eut passé des examens le 31 août à Guelph, où elle s'entraîne.

Ces examens ont révélé qu'elle souffrait d'un manque important de fer depuis au moins le mois de mai.

« Aucun athlète ne devrait participer à une compétition de haut niveau avec une anomalie pareille, explique Greg Wells, de l'Université de Toronto, spécialisé dans la performance en conditions extrêmes.

« Surtout avec le soutien dont bénéficient les athlètes grâce au programme « À nous le podium ». Ils auraient dû détecter l'anomalie pour adapter son entraînement en conséquence. »

L'enquête de Triathlon Canada couvrira les derniers 14 mois durant lesquels Paul Findlay a rencontré plusieurs spécialistes qui l'ont suivi dans sa préparation olympique, alors qu'elle se remettait d'une blessure à la hanche survenue en juillet 2011.

Une préparation rendue plus difficile que prévu, rappelle le journal canadien, par la détérioration de sa relation avec son entraîneur, dont elle s'est séparée en juin.

Le triathlonien Simon Whitfield a vivement critiqué la façon dont l'entourage de Paul Findlay avait géré sa préparation pré-olympique.

« Il y a plusieurs personnes impliquées, et je veux savoir qui savait quoi, quand et comment », a dit Alan Trivett, qui espère avoir des réponses dans les prochains jours.

Triathlon Canada doit porter une partie du blâme, affirme M. Trivett, qui admet qu'il y a eu une crise de leadership au sein de la fédération.

PLUS: