Huffpost Canada Quebec qc

Une machine qui transforme le plastique en carburant est installée à Whitehorse

Publication: Mis à jour:
PLASTIQUE
(Shutterstock) | Shutterstock

WHITEHORSE - Du plastique autrefois destiné aux dépotoirs peut dorénavant être transformé en carburant pour le chauffage résidentiel.

Une machine inventée au Japon et installée dans une usine de recyclage de Whitehorse, au Yukon, peut gober 240 kilos de plastique chaque jour, et produire suffisamment d'hydrocarbures pour chauffer 70 maisons.

Cette technologie est idéale pour le nord du Canada, où la majorité des maisons sont chauffées grâce à une chaudière au mazout.

La machine, la première du genre au Canada, occupe approximativement l'espace d'une table de billard dans l'entrepôt de P&M Recycling.

Du plastique réduit en granules grossières est déposé dans une auge et traverse différents compartiments avant d'être transformé en gaz puis refroidi. La machine digère environ 10 kilos de plastique chaque heure, produisant environ 10 litres de carburant chaque fois, et peut fonctionner sans interruption.

Le produit est un mélange d'essence, de diesel, de kérosène et de certaines huiles lourdes. Il peut alimenter directement une chaudière au mazout, ou être raffiné encore davantage pour faire fonctionner un moteur diesel.

Les seuls sous-produits générés sont de petites quantités de résidu de carbone, de dioxyde de carbone et de vapeur d'eau. Le dioxyde de carbone émis correspond à la respiration normale de quatre humains.

L'idée d'importer cette machine au Yukon vient de l'inventeur Andy Lera, qui avait tenté — sans grand succès — de mettre lui-même au point un appareil semblable.

«Je l'ai regardée et je me suis dit: est-ce que ça peut vraiment exister, est-ce que ça peut être vrai, est-ce que le procédé peut réellement fonctionner? Le plastique provient du pétrole, mais est-ce qu'on peut le retransformer en pétrole?», a-t-il dit.

L'idée de M. Lera s'est concrétisée grâce au financement du Centre de recherches du Yukon et de l'Agence canadienne de développement économique du Nord, en partenariat avec P&M Recycling.

Achetée d'un distributeur pour quelque 200 000 $, la machine a dû être modifiée pour fonctionner dans un climat froid.

Le but du projet-pilote était de permettre à P&M Recycling de transformer le plastique sur place, plutôt que de devoir le trier et l'expédier vers le sud, tout en lui fournissant suffisamment de carburant pour chauffer ses installations de 55 mètres carrés.

Le propriétaire du centre de recyclage, Pat McInroy, estime qu'il économisera 18 000 $ chaque année en frais de chauffage et de transport, en plus des frais de main-d'oeuvre associés au tri et à l'emballage du plastique.

La machine devrait produire amplement de carburant pour chauffer l'usine de traitement des déchets, et le surplus pourrait être vendu, a dit M. McInroy. Le projet permettra de mesurer le coût exact de la transformation du plastique en pétrole, et combien celui-ci vaudra ultimement.