NOUVELLES

Manifestations dans plusieurs pays contre un film jugé insultant pour l'islam

12/09/2012 09:41 EDT | Actualisé 12/11/2012 05:12 EST

Des manifestants sont sortis par centaines dans plusieurs pays arabes et musulmans contre un film américain jugé insultant pour le prophète des musulmans et l'Islam.

Selon des médias égyptiens, ce film aurait été produit récemment aux États-Unis et des extraits montrant le prophète de l'islam ayant des relations sexuelles et mettant en doute son rôle de porteur de la parole de Dieu seraient disponibles sur le site de partage de vidéos en ligne YouTube.

Mardi, le film a suscité une attaque contre le consulat des États-Unis en Libye qui a coûté la vie à l'ambassadeur et trois autres Américains à Benghazi.

La police tunisienne a eu recours à des grenades lacrymogènes pour disperser quelque 300 militants qui tentaient de forcer le périmètre de sécurité autour de l'ambassade des États-Unis au nord de Tunis.

Une foule hostile aux Américains s'est également regroupée mercredi soir devant l'ambassade américaine au Caire.

Les manifestants scandaient « Allah Akbar » (Dieu est le plus grand) en agitant des drapeaux islamistes, devant un important dispositif policier.

Au Maroc, de 300 à 400 personnes ont manifesté à proximité du consulat des États-Unis à Casablanca. Ils se sont rassemblés à 200 mètres du consulat, en scandant « Mort à Obama ».

Les mêmes scènes de colère ont eu lieu près de la représentation diplomatique américaine à Khartoum. Les manifestants réclamaient « des excuses immédiates et le retrait immédiat de la vidéo du film sur YouTube ».

À Gaza, des dizaines de personnes ont également manifesté contre les États-Unis. Devant le siège de l'ONU à Gaza, les manifestants ont incendié des drapeaux américains et des photos de Terry Jones, pasteur américain qui a appuyé le film et s'est rendu célèbre pour avoir brûlé en public un exemplaire du Coran. « Ce film est la preuve manifeste qu'il y a une politique occidentalo-sioniste pour insulter l'islam de toutes les manières possibles », a déclaré à l'AFP un des organisateurs du rassemblement, Khaled al-Azzabat.

Un porte-parole du Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, Fawzi Barhoum, a condamné « la diffusion d'un film contre notre prophète Mahomet, un acte honteux, raciste ».

PLUS: