Le caucus libéral a désigné mercredi Jean-Marc Fournier pour assurer l'intérim à la tête du parti et diriger l'opposition officielle.

Jean Charest a précisé lors de l'annonce que le caucus a désigné M. Fournier à l'unanimité.

La veille, l'exécutif avait recommandé sa nomination à ce poste.

Un conseil général devrait se tenir dès le mois prochain pour déterminer la marche à suivre. À moins d'un couronnement, le prochain chef libéral sera élu en février ou mars prochain.

Plutôt avant midi, à l'entrée du Caucus, les probables successeurs de Jean Charest ont été assaillis par les journalistes afin de soutirer une quelconque annonce.

Pierre Moreau, le ministre sortant des Transports s'est dit en « réflexion ».

Sébastien Bovet, notre chef de bureau à Québec, a rapporté toutefois que M. Moreau s'active dans les coulisses pour sonder les appuis au sein du parti.

Parmi les candidats potentiels à la succession de Jean Charest figurait Sam Hamad, ministre du Développement économique, qui a annoncé mercredi qu'il ne sera pas dans la course. Il a déclaré qu'après réflexion avec sa famille, il a décidé de « passer son tour » pour cette fois-ci.

Pour le député de Mont-Royal, Pierre Arcand, la priorité du caucus pour le moment est de désigner « le meilleur » pour diriger le parti.

M. Arcand ne s'est pas prononcé sur son éventuelle candidature.

Raymond Bachand, le député d'Outremont et ministre des Finances, a indiqué que sa décision n'est pas prise, mais qu'il est intéressé. « C'est une décision pour moi, c'est une décision pour le parti, c'est une décision pour le Québec », a-t-il déclaré. Il a précisé par ailleurs que pour prendre cette décision, l'appui des collègues était nécessaire.

De son côté, Marguerite Blais, la députée de Saint-Henri-Sainte-Anne et ministre responsable des Aînés, a estimé que le plus important pour le caucus est la tenue d'un débat.

« Je pense que ça serait très sain qu'il y ait un débat à l'intérieur du Parti libéral du Québec », a-t-elle souhaité, précisant qu'un débat est « le contraire d'un couronnement ».

Robert Dutil, ministre sortant de la Sécurité publique, a indiqué qu'il est « nécessaire qu'il y ait une course, qu'il y ait plusieurs candidats et qu'on brasse nos idées pour qu'on fasse un choix éclairé. », a-t-il déclaré.

Pour sa part, M. Charest a indiqué qu'il prendrait des vacances avec son épouse pour le moment.

Loading Slideshow...
  • Il a versé quelques larmes en évoquant le soutien indéfectible de sa famille.

  • À 54 ans, Jean Charest tourne la page sur une carrière politique de 28 ans.

  • Lors de son discours de défaite, mardi soir, le 4 septembre.