Deux millions de Syriens sur les quelques trois millions qui auraient besoin d'aide alimentaire n'en obtiennent pas en raison des violences s'intensifiant et des reports du gouvernement dans la délivrance de visas aux travailleurs humanitaires, a déploré mardi la responsable de de l'Union européenne chargée de l'aide internationale.

Kristalina Georgieva a exhorté la Syrie à émettre davantage de visas, et a incité la communauté internationale à accentuer la pression sur le gouvernement et l'opposition afin que les conventions dans un tel conflit soient respectées — la protection des civils, des ambulances, l'évacuation des blessés, l'accès des travailleurs humanitaires, et des voies de sortie sécuritaires pour les gens qui veulent quitter le pays.

Elle a soutenu aux médias, après une rencontre avec le directeur exécutif de l'UNICEF Anthony Lake, que contrairement à ce qui avait prévalu dans d'autres conflits, les combattants n'ont pas accordé une «pause humanitaire» afin de permettre aux civils de quitter et aux blessés d'être escortés hors du secteur, blâmant une pression internationale déficiente.

Aussi, alors que la guerre s'intensifie, a-t-elle ajouté, davantage de gens sont repoussés hors de leurs quartiers, sans endroit en sol syrien pour fuir les combats. Ceux-ci tentent alors de partir vers d'autres pays.

Le gouvernement estime que 1,2 million de Syriens sont déplacés à l'intérieur du pays, et l'ONU estime à plus de 250 000 le nombre de réfugiés en Jordanie, en Turquie, au Liban et en Irak.

Le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a ainsi fait savoir mardi que le nombre de réfugiés syriens réclamant son aide atteignait désormais un quart de million de personnes.

Le porte-parole de l'agence Adrian Edwards a indiqué que 253 106 personnes se sont inscrites à titre de réfugiés syriens ou attendent de pouvoir le faire.

M. Edwards a précisé aux médias, mardi, à Genève, qu'il y en avait 85 197 en Jordanie, 78 431 en Turquie, 66 915 au Liban et 22 563 en Irak.

Les autorités reconnaissent toutefois que le nombre de réfugiés syriens est probablement encore plus élevé, puisque des dizaines de milliers d'autres n'auraient pas encore été répertoriés.

M. Edwards a affirmé que les réfugiés faisaient état d'attaques aériennes et à l'artillerie dans les villages et les villes près de la frontière avec la Jordanie.

Des organisations et militants affirment que jusqu'à 23 000 personnes ont été tuées en Syrie depuis un soulèvement populaire en mars 2011 contre le régime du président Bachar al-Assad.

Loading Slideshow...