POLITIQUE

Des bonis chez Revenu Québec

10/09/2012 09:55 EDT | Actualisé 10/09/2012 10:05 EDT
PC

Alors que le gouvernement du Québec demande aux contribuables de payer davantage et de se serrer la ceinture afin de pallier aux besoins financiers de l’État, l’Agence du Revenu du Québec a donné pour plus d’un million de bonis durant l’année financière 2011-2012.

Le président-directeur-général, Jean St-Gelais, qui sera bientôt nommé secrétaire général au sein du gouvernement de Pauline Marois, s’est également alloué une prime au rendement de 5% de son salaire de base, soit 13 014$, a appris le Huffington Post Québec grâce à la loi d’accès à l’information.

Cette prime a été donnée malgré l’article 8 de la Loi mettant en œuvre certaines dispositions du discours sur le budget du 30 mars 2010, «visant le retour à l’équilibre budgétaire en 2013-2014 et la réduction de la dette.»

Or, du côté de l’Agence du Revenu du Québec, on explique que cette prime s’applique «conformément à ses conditions de travail, les primes afférentes n’excèdent pas 15% de son salaire de base. En vertu de la politique gouvernementale concernant la rémunération des dirigeants d’organismes, le premier 10% de la prime a été retranché», peut-on lire dans la note explicative de Revenu Québec en lien avec la demande d’accès.

Or, M. St-Gelais est le seul haut dirigeant (cadre) chez Revenu Québec à avoir reçu un bonus pour l’année financière 2011-2012. «Il est important de souligner que du 1er avril 2010 jusqu'au 31 mars 2013 aucun bonus au rendement ne sera versé aux cadres en raison de l'application de la Loi», se défend Revenu Québec.

Prime au rendement exceptionnel

Pour ce qui est du volet employé, l’Agence du Revenu du Québec a distribué un grand total de 1 003 657,45 $ pour l’année financière 2011-2012, à travers ses différents employés et professionnels, a obtenu comme information le Huff Post Québec.

Selon le chef des relations publiques et porte-parole de l’Agence du Revenu du Québec, Stéphane Dion, ces bonis sont une «forme de reconnaissance du rendement exceptionnel d’un employé», explique-t-il.

«Le rendement exceptionnel d'un employé est caractérisé par le fait que les résultats de son travail ont clairement dépassé les attentes, les objectifs ou les responsabilités préalablement fixés», a-t-il écrit en guise de réponse aux questions du Huff Post.

Le personnel non-syndiqué a également bénéficié de bonis pour l’année financière 2011-2012, selon les explications du chef des relations publiques. «Pour le personnel professionnel et fonctionnaire non-syndiqué, les bonis au rendement sont versés pour reconnaître le rendement exceptionnel d'un employé», poursuit-il.

Selon M. Dion, il semble que ce type de bonis existe depuis quelques années au sein de la fonction publique québécoise, de même que chez la nouvelle Agence du Revenu du Québec.

Une tournée coûteuse?

Afin de connaître les préoccupations de l’ensemble des employés depuis la création de l’Agence du Revenu du Québec, Jean St-Gelais, président-directeur général, a effectué une tournée du Québec entre le 5 mai 2011 et le 21 mars 2012. Cette visite, a coûté aux contribuables 45 201 $.

«Il a rencontré les 11 000 employés en 66 rencontres. Arrivé à Revenu Québec en janvier 2011, le président-directeur général tenait à rencontrer l’ensemble des employés afin de connaître leurs préoccupations, répondre à leurs questions et partager avec eux sa vision et les nouvelles orientations de Revenu Québec», écrit Revenu Québec, en explication aux données accompagnant la demande d’accès à l’information.

Les régions où le coût a été le plus élevé sont : la Capitale-Nationale avec 10 318 $ et Montréal avec 9 387 $.