NOUVELLES

Bombardier se serre la ceinture

10/09/2012 04:15 EDT | Actualisé 09/11/2012 05:12 EST

L'entreprise montréalaise Bombardier Aéronautique met un frein à l'embauche et suspend des dépenses prévues pour les prochains mois afin d'économiser ses liquidités.

Les frais de déplacement seront aussi réduits, les réunions à l'extérieur seront annulées, les travaux de rénovation seront suspendus et des formations seront reportées, et ce, au moins jusqu'en janvier prochain.

Bombardier dit traverser une phase critique pour le financement de certains programmes en développement, dont celui de la famille d'avions CSeries et Learjet, qui doivent être livrés à partir de 2013.

Le 30 juin dernier, les liquidités de Bombardier s'élevaient à 2,5 milliards de dollars. Pour l'instant, la compagnie dit ne pas savoir exactement combien d'argent elle espère économiser, mais la politique d'austérité a été consciencieusement relayée à ses employés.

L'entreprise d'aéronautique est dans une période de l'année importante en termes d'investissements, « alors il faut que les gens soient conscients qu'ils doivent se concentrer sur les priorités », expose Mairead Lavery, la vice-présidente du département des finances.

Bombardier et « l'argent mort »

Le mois dernier, le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, a critiqué les compagnies canadiennes qui « sont assises sur des sommes d'argent mort (dead money) », c'est-à-dire des sommes d'argent qu'ils n'utilisent pas pour faire des investissements. Si ces entreprises économisent de l'argent sans l'utiliser, alors elles devraient plutôt redonner ces sommes aux actionnaires sous forme de dividendes, avait estimé le président de la banque centrale.

Marc Laforge, porte-parole de Bombardier, assure que cette critique ne s'applique pas à l'entreprise d'aéronautique, affirmant que Bombardier opère dans un secteur où économiser des liquidités représente une nécessité.

Le gel des dépenses sera réévalué le 15 janvier prochain.

PLUS: