DIVERTISSEMENT

Rentrée littéraire des Éditions Leméac: le livre comme outil de contamination

05/09/2012 09:29 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST
Samuel Larochelle

En plus d'être associé aux élections générales du Québec en 2012, le 4 septembre est la date de la rentrée littéraire des Éditions Leméac depuis plus de 30 ans. Avec un amalgame de romans, d'essais, de pièces de théâtre et d'incursions dans l'histoire, la maison d'édition propose aux lecteurs un choix des plus alléchant cet automne.

Présent à la soirée, l'auteur Jean Barbe continue de voir le livre comme un merveilleux outil de contamination. «Contrairement aux médias électroniques, le livre est un médium long, précise-t-il. On se le prête, on le laisse sur la table de chevet, on le lit parfois à petites doses sur plusieurs jours ou plusieurs semaines. À travers le destin des personnages, c'est chacun d'entre nous qui vit momentanément dans la peau d'un autre ou qui marche un bout de chemin avec les bottines d'un autre.» Capables de dévoiler l'unicité des êtres humains, tout en les rassemblant par leurs idées, les livres sont aux yeux de Jean Barbe un processus invitant les lecteurs à réfléchir.

Voilà pourquoi il a choisi de participer au collectif d'entretiens De quoi le Québec a-t-il besoin en éducation?, réalisé en collaboration avec Vincent Marissal et Marie-France Bazzo. «On a interrogé des intervenants de plusieurs générations sur le système d'éducation actuel et sur son évolution possible au cours des prochaines années, indique Bazzo. Qu'il soit question du primaire, du secondaire, de décrochage scolaire ou d'études postsecondaires, nos spécialistes ont tous des positions réfléchies, variées et éclairantes.» Troublés de constater que des sujets tels que l'éducation et l'environnement ont été évacués de la dernière campagne électorale, même s'ils ont mobilisé plus de 250 000 personnes dans les rues de Montréal au cours des dernières années, Barbe et Bazzo espèrent élargir les horizons de bien des lecteurs avec leur essai.

Ex-directeur général de Leméac, Jean Barbe s'est prêté à l'exercice de souligner le caractère unique de certains des fidèles auteurs de la maison d'édition. Michel Tremblay, qu'il décrit comme l'un des plus grands conteurs du Québec, revient à la charge avec Au hasard la chance. Nancy Houston, qu'il présente comme une grande voix de femme, dotée d'un talent remarquable pour la phrase juste, lance Reflets dans un œil d'homme. Michel-Marc Bouchard, qu'il voit comme un dramaturge avec un sens inouï pour le tragique et les personnages complexes, publie le texte de Christine, la Reine-Garçon, qui sera monté au TNM en novembre. Barbe est également très heureux de retrouver le lyrisme et la tension extraordinaire qui règnent dans les textes de Wajdi Mouawad, dont le roman Anima sera lancé sous peu.

Leméac propose également les œuvres théâtrales de Fanny Britt (Bienveillance), Olivier Choinière (Nom de domaine), Sébastien David (T'es où Gaudreault, précédé de Ta yeule Kathleen), David Paquet (2 h 14), Étienne Lepage (Robin et Marion), Marie-Christine Lesage (Paysages Ubu) et Lise Vaillancourt (La Corneille).

Notons aussi la présence de l'excellent David Gilmour (Le juste retour des choses), du prolifique Simon Boulerice (Javotte), du peintre multidisciplinaire Marc Séguin (Hollywood), de l'intriguant Metin Arditi (Prince d'orchestre), ainsi que de la nouvelle venue Rosalie Lavoie (Le sang du cerf).