Manger bio ne serait pas meilleur pour la santé selon une étude américaine

Publication: Mis à jour:

BIO - Le bio est-il vraiment meilleur pour la santé? Des chercheurs américains de l'Université de Standford ont publié lundi 3 septembre une étude dans la revue spécialisée Annals of internal medecine sur les effets d'une alimentation bio sur la santé. En se basant sur plus de 200 études menées sur 40 ans, les scientifiques ont montré que les produits bio (fruits, légumes, porc, poulet et lait) n'avaient pas plus de vitamines et de minéraux que les produits traités aux pesticides.

Des conclusions qui ont étonné les scientifiques
Des conclusions qui ont surpris les scientifiques eux-mêmes. "Les gens choisissent d'acheter de la nourriture bio pour de nombreuses raisons. L'une d'elles est d'en ressentir les bénéfices sur leur santé" explique le docteur Crystal Smith-Spangler qui a dirigé l'équipe de chercheurs de l'Université de Standford. "Quand nous avons commencé ce projet, nous pensions qu'il y aurait quelques conclusions qui appuieraient la supériorité du bio sur la nourriture traitée aux pesticides" commente le Docteur Dena Bravata, l'une scientifiques auteurs de l'étude. "Nous avons été très étonnés des résultats."

Mais pas de panique pour les défenseurs de l'agriculture biologique, l'étude démontre aussi plus d'un tiers des produits traités comportent des résidus de pesticides dans leur chair alors que taux ne tombe qu'à 7% pour les produits bio. Autre bonne nouvelle, les porcs et poulets nourris au bio, auraient 33% de risques en moins d'être porteurs de bactéries résistantes aux antibiotiques.

Une étude très critiquée
Selon cette même étude, la culture sans pesticide ne changerait donc rien au taux de vitamines, exception faite du phosphore dans les produits bio et d'un taux plus élevé d'omega-3 dans les poulets et le lait bio. "Je dirais qu'il n'y a pas de preuve tangible pour choisir les aliments bio plutôt que les autres." conclut le docteur Bravata.

Cette étude a d'ores et déjà été vivement critiquée aux États-Unis tant sur la procédure (les études sur lesquelles se sont basés les scientifiques ne s'appuieraient pas sur les mêmes bases) que sur les résultats : en 2010, dans une étude citée par le New York Times, des scientifiques de l'Université de Washington ont trouvé que les fraises bio contenaient plus de vitamine C que celles traitées par les pesticides. Le débat sur le bio n'est pas près d'être clos.