NOUVELLES

La CAQ est là pour rester, dit François Legault

04/09/2012 11:21 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

Un texte de Melanie Julien

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a remporté son pari, mardi soir, en se faisant élire dans la circonscription de L'Assomption, dans Lanaudière. Et son parti a fait une percée, sans causer de vague, en remportant près d'une vingtaine de sièges.

L'ancien député péquiste de Rousseau (1998 à 2009) succède au péquiste Scott McKay, qui se présentait cette année dans la nouvelle circonscription voisine de Repentigny, qu'il a remportée.

M. Legault affrontait notamment la présidente du Parti québécois dans L'Assomption, Lizabel Nitoi, qui a pris la relève du député Scott MacKay. Le PQ a remporté d'importantes victoires dans cette circonscription depuis 1989.

Quelques minutes avant le dévoilement du résultat du scrutin, le chef de la CAQ a pris la parole devant ses partisans, à Repentigny. « Quelle aventure incroyable! En seulement neuf mois, on a réussi à fonder un nouveau parti politique et à mener une féroce bataille électorale », a-t-il lancé d'entrée de jeu.

« Le défi était énorme, comme nouveau parti on avait des preuves à faire, mais les résultats de ce soir font la démonstration que la CAQ est là pour rester. Désormais, le paysage politique du Québec n'est plus le même. On assiste aujourd'hui à l'avènement d'une nouvelle force politique au Québec qui est désormais incontournable », a-t-il soutenu.

Le chef caquiste s'est dit fier de tout le chemin qu'il a parcouru depuis la fondation de son parti, il y a à peine un an. « Aujourd'hui, je regarde les résultats préliminaires : une vingtaine de députés qui viennent de plusieurs régions du Québec et une reconnaissance officielle à l'Assemblée nationale », s'est-il réjoui.

« En regardant le soutien exceptionnel qu'on a eu, ça peut sembler injuste le nombre de sièges qu'on a obtenu. Mais il faut jouer selon les règles du jeu », a-t-il reconnu, disant que les Québécois lui avaient donné « de nombreux signes d'encouragements, mais aussi d'humilité ».

« On peut envisager l'avenir avec beaucoup d'optimisme. Gardons confiance et restons mobilisés. Car un autre rendez-vous démocratique nous attend. Je vous dis : ce soir, ce n'est que partie remise », a-t-il affirmé.

Les Québécois s'attendent, selon lui, à davantage de respect de la part des politiciens ainsi qu'à un débat plus relevé à l'Assemblée nationale. « Comme opposition, on va être vigilant et on éviter les attaques personnelles. Vous pouvez compter sur nous pour avoir une opposition constructive », a-t-il assuré.

Quant à la chef du Parti québécois et nouvelle première ministre, Pauline Marois, il a souligné que « son élection marque une page d'histoire pour le Québec ».

« C'est aussi un symbole très fort pour les femmes du Québec. À travers les batailles inévitables qui s'annoncent entre elle et moi à l'Assemblée nationale, je veux quand même lui signifier mon respect », a-t-il déclaré.

François Legault a assuré que le nouveau gouvernement péquiste pourra compter sur son « soutien pour poser des gestes nécessaires pour restaurer l'intégrité » à l'Assemblée nationale, disant souhaiter que le Québec « rompe l'ambiance et le climat politique malsain dans lequel [il] baigne ».

Le chef de la CAQ a ajouté que « le changement de ton marqué par plus de civilité et plus de respect mutuel serait salutaire pour toute la classe politique ».

Longue liste de remerciements

Pour son discours de victoire, François Legault avait préparé une longue liste de remerciements, allant des électeurs de sa circonscription à ses adversaires politiques, passant par sa famille et par tous les citoyens de la province.

« Je voudrais d'abord dire un merci spécial aux électeurs de la circonscription de l'Assomption qui m'ont fait confiance. Je vais assumer cette tâche, je vais les représenter avec le sens du devoir et avec une oreille attentive à leurs besoins pour les représenter à l'Assemblée nationale », a-t-il assuré.

En plus de remercier tous ses candidats qui ont eu le courage de mener la bataille, il a également félicité ceux des autres partis politiques, estimant « que la grande majorité » d'entre eux « sont là pour les bonnes raisons ».

Quant à l'élection de la présidente et coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David, le chef caquiste a indiqué que c'était « bon pour la santé de la démocratie d'avoir une personne comme elle à l'Assemblée nationale ».

Il a aussi félicité le chef libéral, Jean Charest, qui a été défait dans la circonscription de Sherbrooke. « On a été des adversaires politiques. On n'est pas d'accord sur beaucoup de sujets, mais je pense qu'il faut le remercier pour les efforts qu'il a mis pendant toutes ces années pour faire avancer le Québec ».

PLUS: