Huffpost Canada Quebec

Médicaments : l'ordonnance de Québec solidaire

Publication: Mis à jour:
(Archives)
(Archives)

À quelques jours du scrutin du 4 septembre, Québec solidaire expose le détail de sa nouvelle politique pharmaceutique qui, affirme la formation politique, permettrait au Québec d'épargner 2,7 milliards $ par année.

La politique pharmaceutique du parti, dont les grandes lignes étaient déjà connues, s'appuie sur deux axes : un régime universel d'assurance médicaments et une société publique, Pharma-Québec. Cette dernière serait dotée d'un mandat triple, explique-t-on par voie de communiqué, « à la fois comme pôle d'achat, de production et de recherche dans le domaine du médicament.

« Gabegie »

En entrevue à Radio-Canada.ca, le co-porte-parole Amir Khadir parle d'un système actuel de totale « gabegie », une véritable « faillite du gouvernement » qui laisse pour compte les usagers.

C'est sur le modèle de la Nouvelle-Zélande que Québec solidaire a bâti son programme en la matière. « L'idée est de négocier de manière serrée des rabais sur le prix des médicaments en faisant jouer la concurrence ».

La formation rappelle que Québec solidaire a déposé en juin dernier le projet de loi visant à instituer Pharma-Québec.

Pour la petite histoire

Le dépôt de ce projet de loi était passé quelque peu inaperçu au milieu d'une controverse qui avait opposé le coporte-parole de Québec solidaire Amir Khadir au Journal de Québec. Le quotidien montrait une photo d'une affiche parodiant le célèbre tableau La Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix, trouvée dans la résidence du député lors de la perquisition menée par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). C'est le titre - Khadir armé, Charest mort - qui lui posait problème et non la reproduction en soi.

Le projet de loi visant à établir Pharma-Québec est mort au feuilleton. Mais Amir Khadir a bon espoir de le voir renaître, surtout en cas d'élection d'un gouvernement péquiste, et surtout s'il s'agit d'un gouvernement minoritaire. Il explique que le projet de loi avait recueilli l'intérêt et l'approbation de plusieurs acteurs du milieu, y compris la Coalition des médecins pour la justice sociale. Ce regroupement de médecins, qui embrasse plusieurs objectifs de Québec solidaire, dont la lutte contre la pauvreté, est selon Amir Khadir beaucoup plus crédible que les appuis du domaine dont se targue le chef de la Coalition avenir Québec.

Amir Khadir a bon espoir d'obtenir la collaboration d'un éventuel gouvernement péquiste pour la mise en oeuvre de son projet, d'autant que le candidat péquiste dans Saint-François, le médecin Réjean Hébert, partage, dit-il ses vues sur le dossier.

Québec solidaire, qui est en faveur d'une assurance médicaments publique et universelle, souhaite en effet créer Pharma-Québec, un pôle public d'achat groupé de médicaments, de production de génériques et d'innovation pharmaceutique. Pour plus de renseignements sur les engagements des partis en santé, lisez notre article.

« C'est une proposition gagnant-gagnant pour les contribuables. » -- Amir Khadir, porte-parole de Québec solidaire.

Prévenir en luttant contre la pauvreté

En amont de cette nouvelle politique sur les médicaments, Québec solidaire met de l'avant des actions de prévention et de vigoureuses mesures de lutte à la pauvreté, dit la formation. Ce sont selon elle « deux façons de réduire les problèmes de santé au sein de la population et donc la consommation de médicaments », selon Françoise David, porte-parole de Québec solidaire.

Jusqu'à 5 députés?

À trois jours du vote, le co-porte-parole Amir Khadir dit sentir au sein du public un vent de sympathie pour sa formation politique. « On est assez confiants, on va avoir 3, 4 ou même cinq députés ». Craint-il, advenant l'élection d'un gouvernement péquiste minoritaire, d'être la cible d'une certaine hostilité, d'être accusé d'avoir divisé le vote? « C'est sûr que ceux qui veulent un pouvoir sans partage vont être fâchés, mais si on regarde au cours des 40 dernières années, les gouvernements le plus productifs étaient minoritaires, moins arrogants. Y compris Jean Charest, quand il était minoritaire ».

EN IMAGES:

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Grand rassemblement de Québec solidaire
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction