Charli Arcouette : de poupée théâtrale à maman télévisuelle (ENTREVUE)

Publication: Mis à jour:

Avec ses yeux frondeurs, sa moue enfantine, son allure un peu garçonne et son talent indubitable pour le jeu, Charli Arcouette s'est taillé une place de choix dans l'univers télévisuel québécois, avec des rôles dans Lance et Compte, Annie et ses hommes, Ramdam et Casino 2. Aujourd'hui âgée de 26 ans, l'actrice vient de conclure sa formation à l'École Nationale de Théâtre (ENT) et se retrouve à l'affiche du Ventriloque, au Théâtre de Quat'Sous, en plus de tourner dans un nouveau téléroman.

Après quelques années à vieillir devant la caméra, Charli Arcouette a ressenti le besoin de pousser son métier un peu plus loin en étudiant à l'ENT. « Comme jeune actrice, j'étais campée dans des rôles toujours très semblables et j'avais envie d'aller chercher des outils pour proposer autre chose, explique-t-elle. Même si j'ai eu peur d'être oubliée du milieu pendant mes quatre ans d'école, j'avais besoin d'apprendre à mieux maîtriser mon instrument de travail. »

Reconnue pour son intensité, la formation de l'ENT exige de ses élèves qu'ils n'acceptent aucun contrat pendant l'année scolaire. Une situation qui a posé problème avec celle qui tenait déjà le rôle de la fille de Pierre Lambert dans Lance et Compte et qui risquait de le poursuivre après ses études. « C'était une situation très délicate, car l'école ne voulait pas créer de précédent. Finalement, en réduisant mon nombre de scènes dans le film, à la fin de ma deuxième année, et en tournant toutes mes scènes de la prochaine saison en une seule journée, au début de ma quatrième année, j'ai pu conserver mon rôle. »

Ces jours-ci, l'actrice fait partie d'un groupe de finissants de l'ENT à qui l'on a proposé de jouer Le Ventriloque, une pièce qu'ils avaient montée en troisième année avec le directeur du Quat'Sous, Éric Jean. Structurée comme des poupées russes, avec une série de mises en abime, la pièce s'ouvre sur le personnage interprété par Charli, une jeune fille de 16 ans qui reçoit un crayon capable de réaliser toutes les histoires qu'elle couche sur papier. « Le texte s'intéresse à l'emprise que l'on a sur notre imaginaire et à la façon dont il nous influence dans la vraie vie. C'est cauchemardesque et schizophrénique à la fois. Il faut se laisser porter par les mots de l'auteur Larry Tremblay en acceptant de ne pas tout comprendre instantanément. »

L'hiver prochain, les téléspectateurs auront également l'occasion de la voir dans un tout nouveau registre, elle qui interprètera une maman de trois enfants, mariée à un coureur automobile, dans le nouveau téléroman Mémoires vives, qui sera diffusé à Radio-Canada. Écrite par Patrick Lowe et l'auteure de Providence, Chantal Cadieux, l'histoire tourne autour de la disparition d'enfants et s'intéresse aux effets dévastateurs qu'un tel drame peut provoquer. « Je joue entre autres aux côtés de Gilles Renaud, Marie-Thérèse Fortin et Véronique Le Flaguais, dit-elle, visiblement excitée de faire partie du projet. La distribution est incroyable et les textes sont magnifiques. J'ai hâte de lire les prochains épisodes ! »

Avec le tournage d'un nouveau téléroman et les représentations du Ventriloque jusqu'au 15 septembre, c'est donc une vie très chargée qui attend la comédienne cet automne.