NOUVELLES

Mexique : le tribunal électoral valide la victoire du PRI

31/08/2012 02:47 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Les juges du Tribunal fédéral électoral (Trife) du Mexique ont rejeté jeudi à l'unanimité le recours en invalidation déposé par la gauche contre l'élection du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) d'Enrique Peña Nieto à l'élection présidentielle du 1er juillet.

Le candidat arrivé deuxième à l'élection, Andres Manuel Lopez Obrador, accuse le vainqueur d'avoir eu recours à des fonds illicites et au blanchiment d'argent pour financer sa campagne.

« Il n'y a aucune preuve que des voix ont été achetées, aucune preuve de coercition ou d'incitations illégales », a déclaré l'un des sept juges, Flavio Galvan, précisant que la demande de la gauche était « sans fondement ».

« Il ne suffit pas de les dénoncer, mais il faut les prouver », affirme le texte voté par les juges, soulignant que la totalité des accusations de la coalition de gauche avait été rejetée.

D'ici le 6 septembre, le Trife doit encore se pencher sur des sujets de moindre ampleur avant de prononcer les résultats définitifs du scrutin et de désigner officiellement Enrique Peña Nieto, qui doit être investi le 1er décembre, comme le futur président mexicain.

Enrique Peña Nieto s'est félicité jeudi soir de la décision du Trife. « C'est le moment de commencer une nouvelle étape de travail en faveur du Mexique. Allons de l'avant, avec le dialogue, l'entente et des accords, avançons ensemble pour l'unité et la grandeur du Mexique », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Andres Manuel Lopez Obrador a de son côté estimé sur Twitter que le fait de ne pas invalider l'élection était plutôt « une attaque contre la démocratie et un choix pour la corruption ».

Recomptage et présumées irrégularités

Enrique Peña Nieto est arrivé en tête de l'élection du 1er juillet avec 38,21 % des suffrages, alors que le candidat de la gauche a obtenu 31,59 % des voix - un écart de 6,62 % sur le vainqueur - ce qui représente plus de 3,3 millions de suffrages en moins.

À la demande du Parti de la révolution démocratique d'Andres Manuel Lopez Obrador, l'Institut fédéral électoral a procédé au recomptage partiel des urnes, dépouillement qui a confirmé la victoire d'Enrique Peña Nieto, scellant ainsi le grand retour du PRI après 12 ans d'absence.

Lopez Obrador a tout de même continué de faire état de présumées irrégularités durant la campagne électorale, en particulier l'achat massif de votes de la part du PRI, avant de porter plainte auprès du Trife.

Ces soupçons ont été alimentés par les images des nombreux clients qui se sont précipités dans les supermarchés de la chaîne Soriana, la semaine après l'élection, pour échanger les cartes-cadeaux prépayées qui leur auraient été offertes par le PRI.

Plusieurs clients ont déclaré aux journalistes qu'ils avaient dû remettre une photocopie de leur carte d'électeur pour obtenir une carte-cadeau. Le PRI a démenti toute malversation.

PLUS: