NOUVELLES

Le Nouveau-Brunswick à la recherche de solutions pour le CN

31/08/2012 09:58 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

Le milieu des affaires et le gouvernement du Nouveau-Brunswick ont 18 mois pour tenter d'éviter la fermeture de la ligne du Canadien National entre Moncton et Bathurst.

L'entreprise de transport ferroviaire menace d'abandonner ce tronçon qui est déficitaire et qui nécessite des investissements importants pour son entretien.

Le gouvernement provincial s'est engagé à travailler avec le CN pour dénicher de nouveaux clients.

« Avec le comité qui a été mis en place déjà au mois de mai, on travaille à trouver des options afin qu'on puisse encourager des industries, essayer de promouvoir l'augmentation de l'utilisation du train de passagers », souligne le ministre des Transports du Nouveau-Brunswick, Claude Williams.

Entre-temps, les gens d'affaires et les élus du nord-ouest observent la situation de près. Le maire d'Edmundston, Cyrille Simard, reconnait que le nord-est subirait un dur coup si le CN abandonnait le tronçon, mais que sa région pourrait en bénéficier.

« Strictement sur le plan de la ville d'Edmundston et du nord-ouest, ça ouvre des opportunités potentielles. On ne peut pas se réjouir outre mesure, mais c'est quelque chose d'intéressant qui se présente à nous. Il y a des opportunités et des occasions, possiblement à travers Via Rail également. Donc, ce sont ces choses-là qu'on regarde actuellement », affirme Cyrille Simard.

Le maire Simard ajoute que sa ville a offert sa collaboration à Via Rail advenant une modification de son trajet de transport de passagers entre Halifax et Montréal, d'autant plus qu'avec l'annonce récente de la cessation des activités des autocars Acadian dans le nord, la ville et la région se sentent de plus en plus isolées.

PLUS: