NOUVELLES

Rio Tinto Alcan peut vendre plus d'énergie

30/08/2012 05:41 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Le réseau électrique de Rio Tinto Alcan au Saguenay-Lac-Saint-Jean est capable de vendre beaucoup plus d'énergie à Hydro-Québec qu'avant le lock-out à l'aluminerie d'Alma.

Le président du Syndicat des employés d'énergie électrique Québec (SEEEQ), Pierre Simard, a évoqué cette situation lors d'un point de presse visant à réclamer la révision de l'entente qui lie l'entreprise et Hydro-Québec au sujet des achats d'électricité.

Radio-Canada a en outre appris que des modifications sont apportées depuis deux ans aux connexions qui relient les centrales de RTA à Hydro-Québec.

Deux photos prises en 2010 ont été publiées en juillet dernier par Rio Tinto Alcan dans son journal interne Al-Eau pour féliciter ses travailleurs qui ont augmenté la limite d'export et haussé le transit en contingence.

L'entreprise est aujourd'hui capable de délester au moins 200 mégawatts de plus qu'avant le lock-out.

Cette augmentation de transit inquiète le syndicaliste Pierre Simard, ainsi que l'analyste en énergie Jean-François Blain.

« On peut facilement confirmer que Rio Tinto Alcan se positionne de plus en plus à transiter avec Hydro-Québec, dit M. Simard. On peut se questionner aussi sur Hydro-Québec qui est en train de devenir en partie acheteur d'électricité de privés. »

« Rio Tinto Alcan va avoir la possibilité, en cas d'hydraulicité abondante ou en cas de réduction de la consommation de ses propres industries, de vendre plus d'énergie à Hydro-Québec », souligne M. Blain.

Cependant, si Rio Tinto Alcan a obtenu le privilège d'exploiter des barrages, c'est à condition qu'elle produise aussi de l'aluminium et qu'elle crée des emplois.

Pendant le lock-out à l'aluminerie d'Alma, RTA a produit des surplus de 90 millions de dollars d'électricité qu'Hydro-Québec était obligée d'acheter en vertu d'une entente secrète.

Pour une première fois lors d'un point de presse jeudi, le chef du Parti libéral du Québec, Jean Charest, a dit que l'entente a eu des effets néfastes. « Je pense qu'on pourra, à l'avenir, se questionner sur la façon dont ces clauses-là s'opèrent, et on verra s'il n'y a pas lieu de corriger le tir pour s'assurer que ça s'opère correctement », a-t-il précisé.

De son côté, Rio Tinto Alcan assure que sa priorité est de produire de l'aluminium, mais l'entreprise admet aussi avoir besoin d'un réseau électrique efficace pour évacuer les surplus quand surviennent des situations ponctuelles.

PLUS: