NOUVELLES

Les cinq plus grandes banques dévoilent des profits cumulés de 7,8 milliards $

30/08/2012 04:12 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT
Alamy

TORONTO - Les principales banques canadiennes ont dévoilé des profits cumulés imposants de 7,8 milliards $ pour le troisième trimestre, tandis que les consommateurs ont conservé leurs habitudes d'emprunt et que les résultats des services bancaires au pays ont mis en exergue des faiblesses dans d'autres divisions.

Cette performance a de loin dépassé les attentes prudentes des analystes, alors que les profits ont bondi de 45 pour cent par rapport aux 5,38 milliards $ affichés à la même période, l'an dernier.

Les cinq principales banques ont fait état d'une augmentation significative des dividendes versés aux actionnaires.

La Banque Royale (TSX:RY) a également clamé que ses profits avaient crû de 73 pour cent, pour atteindre un nouveau record. Ceux-ci se sont établis à 2,24 milliards $, comparativement à 1,29 milliard $ pour le trimestre correspondant de 2011.

Du côté de la Banque TD (TSX:TD), les profits ont été de 1,7 milliard $, comparativement à 1,49 milliard $ à la même période en 2011.

La Banque CIBC (TSX:CM), pour sa part, a fait état de profits en hausse de 42 pour cent, passant de 591 millions $ à 841 millions $.

Plus tôt cette semaine, la Banque de Montréal (TSX:BMO) a augmenté son dividende pour la première fois depuis 2007, le faisant grimper de 2,8 pour cent à 72 cents par action, après l'annonce d'un bénéfice de 970 millions $ pour le trimestre.

La Banque Scotia (TSX:BNS) a pour sa part accru son dividende trimestriel de 3,6 pour cent, à 57 cents par action, après avoir rapporté des profits de 2,05 milliards $.

Deux récentes études indiquent que la dette des ménages n'a toujours pas diminué, malgré des avertissements du ministre des Finances Jim Flaherty et du gouverneur de la Banque du Canada Mark Carney selon lesquels les taux d'intérêt finiraient par monter, augmentant la pression sur certains ménages très endettés.

La semaine dernière, un rapport de TransUnion a démontré que l'endettement des consommateurs allait plutôt en augmentant, mais principalement en raison des prêts automobiles, tandis que le secteur des cartes et des marges de crédit demeurait stable.

Le mois dernier, enfin, l'agence Equifax Canada a rapporté que l'endettement des consommateurs, à l'exception des prêts hypothécaires, avait bondi de 3,1 pour cent lors du deuxième trimestre, par rapport à 2011.

Les Canadiens s'endettent à des niveaux records, a soutenu Tom Lewandowski, analyste de services financiers chez la firme Edward Jones, à St. Louis, dans le Missouri. «L'endettement atteint ici des niveaux vus aux États-Unis avant la crise financière», a-t-il fait valoir en entrevue.