NOUVELLES

États-Unis : des voitures moins énergivores en 2025

29/08/2012 11:29 EDT | Actualisé 29/10/2012 05:12 EDT

De nouvelles normes destinées à rendre les voitures moins énergivores ont été adoptées aux États-Unis. À compter de 2025, les véhicules vendus ne devront pas consommer plus de 4,3 litres aux 100 kilomètres, a annoncé mardi la Maison-Blanche dans un communiqué.

Les normes actuelles comportaient déjà une cible de 6,6 litres aux 100 kilomètres en 2016.

En campagne pour sa réélection, le président américain, Barack Obama, a déclaré qu'il s'agissait du « pas le plus important » jamais fait pour réduire la dépendance des États-Unis envers le pétrole étranger.

Adoptées dans la foulée d'une entente conclue l'été dernier avec les constructeurs automobiles, les nouvelles normes doivent réduire la consommation de 2 millions de barils par jour, soit la moitié du pétrole importé des pays de l'Organisation des produits exportateurs de pétrole (OPEP), a fait valoir la Maison-Blanche.

Les voitures produiront également deux fois moins d'émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025.

Des économies pour les familles

Le président a par ailleurs loué les avantages de cette mesure pour le budget des ménages de la classe moyenne, une frange électorale très courtisée en période électorale. La Maison-Blanche estime qu'elle entraînera d'ici 2025 une économie de quelque 8000 $ par famille pendant la durée de vie de leur véhicule.

Qualifiant cette mesure de « grande victoire pour les consommateurs », la Fédération de consommateurs d'Amérique (FCA) a rappelé que le budget des ménages américains consacré à l'essence avait atteint un record de 2850 $ en 2011.

« C'est aussi vital pour l'industrie automobile américaine et la chose la plus importante à faire pour mettre fin à la dépendance de l'Amérique au pétrole », a affirmé le directeur de recherche à la FCA, Mark Cooper.

Le syndicat des ouvriers de l'automobile United Automobile Workers (UAW) a lui aussi salué les nouvelles normes. Selon son président, Bob King, elles « vont fournir de la sécurité aux fabricants pour planifier leurs investissements et créer des emplois ».

Les achats de biens et de services que les consommateurs pourront faire grâce aux économies d'essence pourraient donner du travail à 570 000 personnes d'ici 2030, selon une étude citée par l'UAW.

PLUS: