NOUVELLES

Légionellose à Québec : 15 nouveaux cas, un autre décès

29/08/2012 03:45 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

Le bilan des cas de légionellose à Québec s'alourdit. La Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale a annoncé mercredi après-midi que 15 nouveaux cas et qu'un nouveau décès ont été rapportés, portant le nombre de victimes à 9.

Au total jusqu'à maintenant, 141 personnes ont été atteintes par la légionellose dans la région de Québec. On ignore pour le moment l'âge et le sexe de la 9e victime.

Par ailleurs, un cas a été rapporté dans la région de la Mauricie. Jusqu'à maintenant, cette région a été aux prises avec deux cas de contagion à la légionellose.

Rappelons que la Ville de Québec et la Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale poursuivent leurs inspections des tours de refroidissement d'eau en vue de déterminer la source de la contamination. Une trentaine de bâtiments jugés plus à risque font l'objet d'une deuxième inspection.

Poursuite en vue

Le nouveau bilan des autorités de santé publique de mercredi survient au moment où des proches des victimes de la légionellose s'organisent pour intenter un éventuel recours collectif contre la Direction régionale de santé publique, la Ville de Québec et des propriétaires de tours de refroidissement ciblées par les inspections.

L'avocat Jean-Pierre Ménard, du cabinet montréalais Ménard, Martin avocats, évalue en ce moment s'il y a matière ou non à lancer un recours collectif pour indemniser les victimes.

« Il faudrait voir effectivement si quelqu'un, quelque part, a contrevenu à des règles ou à des normes [...] puis voir effectivement si ceci explique comment les gens ont pu attraper ça », indique-t-il.

« Il faut regarder aussi par ailleurs de quelle manière les personnes qui ont eu des responsabilités dans la gestion de la crise ont géré la crise », ajoute Me Jean-Pierre Ménard.

De son côté, le maire Labeaume a d'ores et déjà affirmé que la Ville de Québec n'a rien à se reprocher dans le dossier puisque c'est la Direction de santé publique de la Capitale-Nationale qui chapeaute le dossier. « Nous autres, on ne peut pas être poursuivis », a-t-il dit mardi.

PLUS: