DIVERTISSEMENT

L'avenir, thème de la 8e Biennale de Montréal (PHOTOS)

29/08/2012 04:14 EDT | Actualisé 29/10/2012 05:12 EDT
Rachel Nadon

La 8e édition de la Biennale de Montréal se déroulera sous le thème «L'avenir - (looking forward)». L'exposition, qui se tiendra en septembre 2013, rassemblera des œuvres contemporaines de toutes les disciplines qui interrogeront tant le futur que les manières de vivre le présent.

Les commissaires invités pour cette nouvelle mouture, Gregory Burke et Peggy Gale, ont dévoilé mercredi les grandes lignes de la thématique. Il y a derrière celle-ci l'idée d'un lien entre aujourd'hui et demain, d'une réflexion qui prend racine dans le présent pour représenter l'avenir, explique en anglais l'ancien directeur de la galerie The Power Plant de Toronto. « Je m'intéresse aux œuvres qui pensent et étudient les différents avenirs possibles. Anticiper l'avenir, c'est aussi réfléchir à la situation actuelle. » Les enjeux technologiques, médicaux, éthiques et environnementaux seront notamment au cœur des œuvres qu'ils choisiront.

Travaillant au sein des arts conceptuels depuis plus d'une trentaine d'années, les deux commissaires ont une solide connaissance du milieu. Peggy Gale a d'ailleurs signé les textes pour la Biennale de Montréal de 2000, qui explorait aussi la notion de temps. Rencontrée en marge de la conférence de presse, elle affirme que les biennales sont des événements importants pour créer un dialogue entre l'art d'ici et d'ailleurs. «La Biennale fait deux choses : elle amène le monde à la ville, et la ville au monde. C'est très intéressant d'avoir ce type d'échange.» Pour l'instant, elle et Gregory Burke effectuent des recherches, et visitent des événement similaires tenus un peu partout dans le monde. Ils travaillent dans un esprit d'ouverture, dit-elle, sans privilégier un médium ou un autre.

La Biennale de Montréal, si elle se tient dans la Ville aux cent clochers, ne donne pas nécessairement priorité aux artistes québécois. L'exposition regroupe des productions d'ici, comme du Canada ou de l'étranger. Tout juste nommée, la nouvelle directrice générale et artistique de l'événement, Nicole Gingras, estime qu'il s'agit d'abord de trouver un juste milieu. «Il n'y a pas de proportions [définies entre artistes d'ici et d'ailleurs]. On va travailler sur le contenu dans les prochains mois afin d'établir un équilibre, équilibre qui passe aussi par l'espace. Il faut trouver la bonne adéquation entre les œuvres et les lieux.» L'espace qu'investira la Biennale 2013 n'a pas encore été dévoilé, celui-ci étant différent d'une édition à l'autre.

Pour Nicole Gingras, aussi commissaire indépendante et responsable du volet expérimental du Festival international du film sur l'art, la Biennale est tant un lieu de diffusion de l'art qu'un lieu de réflexion sur le processus de création et la responsabilité de l'artiste. C'est là la vision qu'elle souhaite mettre de l'avant au cours de son mandat. «Ça va dans le sens d'une Biennale d'idées. Il va y avoir l'exposition, des rencontres avec des artistes, des ateliers. Et beaucoup d'idées. »

INOLTRE SU HUFFPOST

La 8e édition de la Biennale de Montréal