NEW YORK, États-Unis - Il n'y a pas de nouvelle entente à l'horizon dans le dossier du renouvellement de la convention collective dans la LNH.

Vingt-quatre heures après avoir reçu une proposition de la part de la ligue que le commissaire Gary Bettman a qualifiée de «sérieuse» et «significative», l'Association des joueurs de la LNH (AJLNH) a indiqué clairement mercredi qu'elle ne partageait pas ce point de vue. Elle prévoit toutefois faire une contre-offre d'ici la fin de la semaine.

Donald Fehr, directeur administratif de l'AJLNH, a noté que la contre-offre pourrait être prête dès jeudi.

Il a effectué ces commentaires au lendemain de l'offre de six ans de la LNH, qui verrait la part des revenus remis aux joueurs en salaire passer de 57 à 46 pour cent la saison prochaine.

Fehr a mentionné que cette offre affecterait les contrats déjà en place puisque les joueurs seraient forcés de remettre de l'argent en chèques frappés d'entiercement.

«Du point de vue des joueurs, vous devriez comprendre, ça ne fait pas vraiment de différence, a noté Fehr. Si un joueur ne reçoit pas le montant inscrit sur son contrat en raison d'une réduction, ce qui est simplement un autre mot pour dire qu'on biffe un chiffre pour le remplacer par un autre, ou s'il ne reçoit pas son argent parce qu'il est entiercé, il ne le reçoit pas.

«Ça revient au même.»

Bettman a indiqué qu'il était satisfait de simplement attendre la réponse de l'association, mais a ajouté que les joueurs ne devraient pas sentir qu'ils ont «le droit» d'avoir 57 pour cent des revenus.

«Ce n'est pas logique que le 57 pour cent (pour les joueurs) soit là à perpétuité, a souligné Bettman. En bout de ligne, si les joueurs reçoivent 57 pour cent, nous recevons 43 pour cent — et nous payons toutes les dépenses afin de faire fonctionner la ligue et les équipes.

«Si quelqu'un pense que notre offre initiale n'était pas juste, et bien il doit réfléchir afin de comprendre ce qui est juste pour les deux parties.»

La convention collective en place arrivera à échéance le 15 septembre et Bettman a déclaré qu'un lock-out serait décrété s'il n'y avait pas de nouvelle entente en place.