QUÉBEC - Jean Charest promet que son parti «assumera la part de responsabilité» qui lui reviendra dans le dossier de la légionellose, au terme d'un «bilan» rigoureux qu'il fera pour tirer des leçons de la crise.

Alors que le nombre de décès liés à l'infection s'élève à huit à Québec depuis le mois dernier, le chef libéral a enfilé son chapeau de premier ministre à Québec pendant quelques instants, lundi, alors que la campagne électorale bat son plein. Il a annoncé que le gouvernement allait regarder de près l'actuelle éclosion de légionellose afin de mettre le doigt sur ce qui aurait pu être «fait différemment».

Il ne s'est pas engagé cependant à tenir une enquête publique. «La forme importe peu dans la mesure où on arrive à trouver les bonnes réponses», a-t-il fait valoir.

Sa priorité demeure de soigner les gens actuellement malades, a signalé M. Charest. Il veut à tout prix éviter de politiser la question, puisque ce n'est pas une «affaire partisane», a-t-il insisté.

«On assumera la part de responsabilité qui nous reviendra. Et on va faire évidemment le bilan de tout ça. On va le faire rigoureusement, c'est important de le faire parce que c'est la santé des gens», a-t-il dit.

Son discours tranche avec celui de son ministre de la Santé, Yves Bolduc, qui a jeté samedi le blâme de la crise actuelle sur le dos du Parti québécois. Il l'avait accusé de ne pas avoir mis en oeuvre les recommandations d'un rapport datant de 1997, à l'époque où la formation de Pauline Marois était au gouvernement.

L'Agence de la santé de la Capitale-Nationale a confirmé lundi trois nouveaux cas de légionellose, ce qui porte le total à 107 personnes atteintes et huit décès.

La directrice générale adjointe de la Sécurité publique de la ville de Québec, Chantale Giguère, a confirmé qu'à compter de mardi, une trentaine de tours, situées dans le périmètre critique, seront visitées par des inspecteurs.

Ces tours de refroidissement avaient été visitées au début de l'éclosion et les propriétaires avaient reçu un avis de sept jours pour les nettoyer. Des prélèvements d'eau seront effectués et si les vérifications révèlent de nouvelles contaminations, les propriétaires de ces immeubles pourraient être contraints de fermer leurs tours.

Loading Slideshow...