NOUVELLES

Le PQ veut redynamiser Montréal

27/08/2012 08:51 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

Le Parti québécois a présenté lundi, au 27e jour de la campagne, ses engagements pour Montréal. Parmi les mesures proposées, les péquistes souhaitent nommer un ministre responsable de la métropole.

« Le gouvernement du Québec doit gouverner sa métropole de façon intégrée et coordonnée », a estimé Nicole Léger, la candidate du PQ dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles.

Dans un communiqué, le PQ a expliqué que le ministre responsable de la Métropole serait doté de l'autorité et des pouvoirs nécessaires pour assurer la cohérence des politiques gouvernementales envers Montréal. Il serait appuyé par un comité ministériel permanent et assurerait les liens avec la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) dans la réalisation du Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD).

Pour Mme Léger, « les libéraux ont abandonné Montréal et ses enjeux prioritaires, soit le transport collectif, la voirie, la francisation et l'intégration des nouveaux arrivants, la lutte contre la pauvreté et l'itinérance ».

Le PQ se fixe donc quatre grandes priorités : garder les familles à Montréal, améliorer les transports collectifs et préserver l'environnement, protéger la langue française et encourager la culture, et soutenir l'emploi dans la métropole.

Pour les familles

Pour garder les familles à Montréal, le PQ veut notamment augmenter le nombre de logements sociaux et communautaires pour arriver à 15 % des logements et améliorer le réseau de la petite enfance pour que chaque enfant ait une place en garderie.

Le PQ a déjà fait ses propositions pour le transport. En matière d'environnement, un gouvernement péquiste ferait de la lutte contre le gaspillage une de ses priorités pour Montréal. Les programmes de réhabilitation des réseaux d'aqueduc et d'égout seront revus afin de réduire les pertes dans la distribution de l'eau potable et améliorer le traitement des eaux usées.

Protéger la langue

Pour la défense de la langue française, « nous allons adopter une nouvelle Charte de la langue française afin de faire du français la langue officielle du travail et de l'enseignement », a indiqué Jean-François Lisée, le candidat du PQ dans la circonscription de Rosemont.

« Ce n'est pas normal que plus du quart des commerces montréalais ne respectent pas les dispositions de la loi 101 sur l'affichage et n'accueillent pas leur clientèle en français. Il faut redonner à Montréal son visage français », a-t-il poursuivi.

Le candidat péquiste n'a pas peur de faire fuir les anglophones. « Ceux qui sont là, ils ont choisi de rester, et un certain nombre ont choisi de revenir, estime M. Lisée. Ils nous connaissent. » Selon lui, le déclin du français à Montréal n'est pas dû aux anglophones ou aux allophones, mais aux gouvernements du Québec « qui ont eu de mauvaises politiques, et en particulier migratoires », a-t-il ajouté.

Enfin, pour soutenir l'économie montréalaise, le PQ veut notamment encourager le secteur manufacturier. Un secteur qui s'est « considérablement affaibli ces dix dernières années », estime Diane De Courcy, la candidate péquiste dans la circonscription de Crémazie. « Plusieurs usines ont fermé leurs portes », a rappelé la candidate.

Pour dynamiser Montréal, le PQ veut notamment « s'appuyer sur les pôles d'excellence de la ville ».

Le Parti libéral du Québec a présenté ses engagements pour Montréal au 16e jour de la campagne. Québec solidaire présentera ses promesses mardi lors d'une conférence de presse.

PLUS: