POLITIQUE

Québec solidaire veut une politique du livre

26/08/2012 03:02 EDT | Actualisé 26/08/2012 03:02 EDT
Alamy

Québec solidaire promet, s'il est porté au pouvoir, de miser fort sur la culture, vecteur identitaire par excellence.

Un montant de 60 millions de dollars d'argent neuf serait consacré à consolider le secteur et à encourager la création, y compris au sein des courants émergents et alternatifs.

La formation de gauche promet d'adopter une politique du livre pour préserver les secteurs des librairies et de l'édition.

Cette politique comprendrait une règlementation pour que les nouveaux livres soient vendus au prix de l'éditeur, pour une période limitée, partout sur le territoire québécois.

« Québec solidaire tient à encourager les librairies locales en y vendant des livres à un prix juste, au contraire des grandes surfaces qui vendent des titres connus à perte pour attirer la clientèle ailleurs dans leurs rayons. Cette pratique nuit aux librairies qui doivent aussi s'adapter à l'avènement du livre numérique. » — Françoise David.

Le parti veut par ailleurs que les élèves du primaire et du secondaire assistent à quatre manifestations culturelles par année. Il veut agir pour assurer aux artistes « un salaire décent et un filet social convenable. »

Au cours du point de presse tenu à la librairie Raffin, dimanche, à Montréal, plusieurs artistes sont venus appuyer la candidate de Québec solidaire dans Gouin qui tente de déloger le péquiste Nicolas Girard. Parmi ces artistes, Geneviève Rochette, Louise Turcot, Catherine De Léan, Émile Proulx-Cloutier et Anaïs Barbeau-Lavalette, l'auteur-interprète Thomas Hellman, les chanteuses Bïa et Judi Richards et les dramaturges Brigitte Haentjens et Olivier Choinière.