NOUVELLES

L'opposition syrienne dénonce un massacre à Daraya

26/08/2012 07:08 EDT | Actualisé 26/10/2012 05:12 EDT

L'opposition syrienne dénonce un massacre après la découverte samedi de centaines de corps à Daraya, près de Damas. Les forces armées fidèles à Bachar Al-Assad sont accusées d'avoir procédé à des exécutions sommaires.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 320 corps ont été retrouvés dans cette localité de 200 000 habitants, située à 7 km au sud de Damas. L'armée syrienne y menait depuis mardi une vaste opération afin de reprendre la ville aux mains des rebelles.

Les militants hostiles au régime ont diffusé des vidéos montrant des dizaines de corps ensanglantés, gisant au sol dans des maisons et des caves, laissant entendre que les victimes ont été tuées par balle par les militaires. Pour les rebelles, ces images constituent la preuve du « massacre odieux commis par les gangs du régime d'Assad ».

Il est toutefois impossible d'authentifier les vidéos et de vérifier ces informations de source indépendante, compte tenu des restrictions imposées à la presse par le régime syrien depuis le début du soulèvement populaire en mars 2011.

De son côté, l'agence de presse officielle Sana a rapporté que les forces armées ont « purifié » Daraya des « terroristes mercenaires qui ont commis des crimes contre les habitants de la localité, les ont terrorisés et ont détruit les propriétés publiques et privées ».

D'après les militants, le régime aurait plutôt « imposé un blocus et coupé les approvisionnements vers Daraya », avant de « bombarder (la ville) sans discernement avec des avions et des armes lourdes. Des bandes criminelles ont mené par la suite des exécutions sommaires ». Des victimes auraient également été démembrées et brûlées.

La périphérie sud de Damas est devenue l'une des principales lignes de front entre les forces du régime et les insurgés. Des chars déployés sur le boulevard périphérique de la capitale ont ainsi bombardé dans la nuit de samedi à dimanche les faubourgs de Lawwan et Nahr Aïcheh, tandis que des combats faisaient rage à Ghouta, dans la partie est de Damas, ont rapporté des habitants.

Samedi, les violences auraient fait au moins 183 morts à travers le pays « dont au moins 34 » à Daraya, a indiqué l'OSDH, qui s'appuie sur les témoignages des militants.

PLUS: