NOUVELLES

François Legault promet de se battre pour éviter un référendum

26/08/2012 01:11 EDT | Actualisé 25/10/2012 05:12 EDT

Un texte de Lili Boisvert

François Legault a de nouveau associé le PQ à un parti tributaire des souverainistes purs et durs, aussi baptisés par lui « caribous », alors qu'il se trouvait dimanche en Outaouais.

La CAQ croit avoir des chances de pouvoir séduire cette région historiquement fédéraliste et libérale.

« La souveraineté du Québec, c'est un projet légitime », a déclaré le chef du parti, tout en ajoutant que la promotion de ce projet ne serait jamais au programme de son parti et que les référendums d'initiative populaire, « c'est irresponsable ».

« Quand j'ai fait allusion aux purs et durs, là où j'ai le plus de problèmes, c'est ceux qui veulent nous lancer dans un référendum qui pourrait résulter par un troisième "non" », explique-t-il. « Je pense que ça affaiblirait le Québec ».

Le chef de la CAQ se défend d'être ambigu quant à la question de l'indépendance. « La coalition, quoi qu'en dise M. Charest, est on ne peut plus claire sur le dossier constitutionnel », assure-t-il.

La visite de la CAQ en Outaouais constituait une rare sortie en dehors de la région de Québec et de Montréal, pendant la campagne. François Legault espère pouvoir y interpeller la population fédéraliste qui s'estime « prise pour acquise », selon lui, par les libéraux.

Il estime en même temps que Jean Charest est en Outaouais dimanche - dans un bastion rouge de surcroît - parce qu'il « sent la soupe chaude ». De son côté, le chef libéral, qui se dit « serein et confiant » à neuf jours du scrutin, évalue que s'il était absent de la région, c'est à ce moment qu'on l'accuserait de tenir la région pour acquise.

95 % de l'énergie de Gaétan Barrette pour le public

L'Outaouais, l'une des régions dont les temps d'attentes aux urgences sont les plus élevés au Québec, a servi de théâtre à la CAQ pour rappeler ses engagements en matière de santé. Le parti a notamment réaffirmé qu'il veut système de santé public plus efficace.

S'il devenait ministre de la Santé au sein d'un gouvernement caquiste, le candidat Gaétan Barrette consacrerait « 95 % » des ses énergies à cette cause, laissant entendre que le 5 % restant serait affecté à la mise en place du projet-pilote pour introduire plus de privé dans le réseau.

« La coalition propose de faire fonctionner le système public à pleine capacité, et lorsqu'il sera rendu à pleine capacité, là à un moment donné, on aura une question à se poser, ou bien on augmente nos impôts, ou bien on fait un projet-pilote ».

Pour me joindre :

Lili.boisvert@radio-canada.ca

PLUS: