Les banques sont sous pression alors que les consommateurs s'endettent moins

Publication: Mis à jour:
MONEY
Alamy

TORONTO - Les gros joueurs du secteur bancaire canadien ont mieux résisté à la crise économique que leurs pairs, mais des analystes s'attendent à ce qu'une diminution des prêts aux particuliers augmente la pression sur les profits au troisième trimestre, en plus d'être annonciatrice d'autres défis à venir.

Les banques doivent dévoiler leurs résultats trimestriels à partir de mardi, dans le cadre de ce qui pourrait être l'une des plus courtes périodes de dévoilement des résultats jamais enregistrée.

La Banque Scotia et la Banque de Montréal doivent dévoiler leurs résultats en premier, tandis que les autres grandes banques compléteront l'exercice deux jours plus tard, jeudi.

L'analyste Brad Smith de Stonecap Securities laisse entendre que le petit délai lors duquel les résultats seront dévoilés pourrait être une occasion, pour les dirigeants, de reconnaître certains des obstacles surmontés cette année, en plus d'être moins interrogés sur les résultats.

En général, les analystes prévoient que les banques s'engageront dans une période de croissance plus lente des profits, période qui pourrait se poursuivre l'an prochain.

L'analyste Rod Sedran des Marchés mondiaux CIBC s'attend de son côté à ce que les banques annoncent une croissance des bénéfices de 3,8 pour cent au troisième trimestre, comparativement à la même période, l'an dernier.

M. Sedran estime également que le marché des cartes de crédits ouvre la voie à une diminution des niveaux d'achats à crédit au pays, alors que davantage de Canadiens se débarrassent de leurs cartes à taux d'intérêt élevé. L'activité hypothécaire entame elle aussi un ralentissement, dit-elle.

Un rapport de TransUnion publié mardi révèle que l'endettement des consommateurs est pourtant à la hausse, mais cela est principalement dû aux prêts automobiles plus importants, tandis que l'endettement des utilisateurs de services de crédit demeure stable.

«Je crois que nous allons observer de nombreux thèmes similaires à ce qui a été constaté lors du deuxième trimestre», soutient Dan Wener, un analyste des banques canadiennes pour Morningstar, une firme américaine.

Il suggère, entre autres, que des inquiétudes pourraient voir le jour quant aux frais de gestion des banques. Au deuxième trimestre, la Banque de Montréal et la Banque CIBC réduisaient leurs dépenses.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Le salaire des PDG des grandes banques canadiennes en 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Les prêts moins prisés, les banques sous pression

Arkema : la pression vient d'ailleurs

Dettes souveraines : la situation en Italie... menace pour les ...

Un trop fort endettement est-il soutenable ?

Crise de l'Euro : Les limites de l'endettement