NOUVELLES

Marois fustige Legault pour des propos sur le conflit étudiant

25/08/2012 06:21 EDT | Actualisé 25/10/2012 05:12 EDT

Un texte de Gaétan Pouliot

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, s'est dite « profondément choquée » samedi par des propos du chef de la CAQ portant sur le conflit étudiant.

« Les petites crises comme on en a vu avec les étudiants à la fin du mandat, c'est pas idéal », a dit vendredi François Legault à un citoyen de Portneuf lors d'une discussion sur les grands changements qu'il voudrait effectuer dès le début de son mandat.

« Ce n'était pas une petite crise », s'est insurgée Mme Marois, qui soutient que les propos du chef caquiste sont la preuve qu'il « manque de jugement ».

« [Il veut] provoquer des crises encore plus grosses et causer encore plus de désordre que ne l'a fait M. Charest, a-t-elle dit. Il promet de se battre contre les médecins de famille, contre les pharmaciens, contre les étudiants, contre les syndicats, contre les travailleurs d'Hydro-Québec. »

Relance l'industrie forestière

Mme Marois a lancé ces attaques lors d'un point de presse à Grandes-Piles, en Mauricie, où elle a présenté le projet de son parti pour relancer l'industrie forestière.

« Quand ça va moins bien dans nos scieries dans nos usines [...], ça va aussi mal à Montréal parce qu'il y a des emplois importants qui sont reliés à l'industrie forestière », a-t-il dit entouré des candidats de la région.

Les libéraux sont restés les « bras croisés » devant la fermeture de 300 usines et la perte de 60 000 emplois, alors que la CAQ n'a aucun engagement dans son programme pour venir en aide à cette industrie, estime le Parti québécois.

Pour relancer l'industrie forestière, le PQ veut favoriser l'utilisation du bois dans les bâtiments construits, en fixant un objectif de 5 % dans la construction privée non résidentielle et de 30 % dans les constructions publiques. Un gouvernement péquiste investirait aussi pour doubler la valeur de la production forestière.

Pour me joindre :

gaetan.pouliot@radio-canada.ca

Avec La Presse Canadienne

PLUS: