Huffpost Canada Quebec

Selon Marois, l'équipe Legault n'a aucune expérience de l'exercice du pouvoir (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
MAROIS LEGAULT
(Montage) | CP

QUÉBEC - La chef péquiste Pauline Marois met en garde les Québécois contre l'élection d'un gouvernement dirigé par François Legault, qui serait trop proche du monde des affaires et trop peu au fait du fonctionnement de l'État.

L'inexpérience, son manque de connaissance de l'appareil gouvernemental et sa trop grande proximité avec le monde des affaires disqualifient l'équipe de la Coalition avenir Québec (CAQ), selon Mme Marois, qui s'est confiée à La Presse Canadienne, vendredi, dans son autocar de campagne.

Car «le milieu des affaires, généralement, ne génère pas de bons politiciens», tranche Mme Marois.

Or, le chef de la CAQ, François Legault, s'est fait remarquer à la direction d'Air Transat, avant de faire le saut en politique en 1998. Des trois principaux partis, la CAQ offre la plus forte proportion de candidats issus de ce secteur d'activité.

Et celui que M. Legault présente aujourd'hui comme son futur ministre des Finances, Christian Dubé, candidat dans Lévis, a passé les dernières années à Rome, d'où il dirigeait la filiale européenne de Cascades depuis 2009.

Vu la totale inexpérience de la chose publique de M. Dubé, Mme Marois se dit inquiète devant la possibilité de voir quelqu'un comme lui gérer les finances de l'État québécois, du jour au lendemain.

En fait, elle ne voit aucun candidat de la CAQ qu'elle voudrait voir ministre dans son cabinet. «Je ne leur confierais pas de ministères à gérer, je peux vous assurer de ça», dit-elle.

Dans ce contexte, elle se dit «désespérée» à l'idée de voir François Legault, en hausse dans les sondages, prendre les rênes du gouvernement, si la population décidait de lui faire confiance le 4 septembre.

Elle reproche notamment à son ancien collègue de ne pas avoir su s'entourer de grands commis de l'État, ayant une connaissance des rouages de la machine gouvernementale, de sa dynamique propre.

Pour appuyer ses dires, elle oppose l'équipe Legault non pas à la sienne mais à celle de René Lévesque en novembre 1976, avec des grands commis de l'État, comme les Jacques Parizeau, Claude Morin et Bernard Landry «qui avaient une connaissance intrinsèque des institutions».

Or, M. Legault «n'a rien de ça» autour de lui, déplore Mme Marois.

C'est un fait qu'à part M. Legault, aucun candidat de la CAQ n'a d'expérience de l'exercice du pouvoir. Et seulement quelques-uns de ses candidats, issus du Parti québécois (PQ) et de la défunte Action démocratique (ADQ), ont une connaissance du travail de député, en ayant siégé dans l'opposition.

«Je serais désespérée de penser que dans 12 jours il puisse former un gouvernement avec si peu d'expérience» dans son équipe de la gestion gouvernementale, fait valoir la chef du PQ.

Mme Marois considère également que le cadre budgétaire présenté par M. Legault est irréaliste et impossible à respecter, ce qui contribue à accroître son désespoir de l'imaginer aux commandes de l'État.

Les milliers de postes à couper, selon les engagements pris par M. Legault, notamment chez Hydro-Québec, et en santé, annoncent un affrontement avec les réseaux, selon elle.

«C'est comme s'il n'avait jamais géré l'État», dit-elle, jugeant qu'il «s'invente des revenus» et qu'il a modifié «les paramètres du ministère des Finances» dans ses calculs.

Mme Marois considère avoir mené jusqu'à maintenant la campagne à sa manière, en suivant son plan de match.

Contrairement à François Legault, qui veut, selon elle, consacrer beaucoup de temps à revoir les structures gouvernementales s'il prend le pouvoir, Mme Marois dit qu'elle veut passer à l'action «rapidement», si elle est élue, pour enclencher ses principales réformes avant la fin de l'année en cours.

Elle tient, en fait, à ce que la population puisse constater à très court terme, dans son quotidien, l'impact du changement de gouvernement, le cas échéant.

Il ne faut donc pas s'attendre à voir de grands changements dans l'organigramme du gouvernement ou le type de responsabilités confiées aux ministres de son éventuel gouvernement.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

22 août 2012: Duel entre Marois et Legault
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction