NOUVELLES

L'USADA dépouille Armstrong

24/08/2012 08:47 EDT | Actualisé 24/10/2012 05:12 EDT

L'Agence antidopage américaine (USADA) a confirmé vendredi qu'elle dépouille Lance Armstrong de ses sept titres du Tour de France.

L'USADA a du même coup banni le coureur américain à vie, et lui retire tous ses résultats enregistrés depuis le 1er août 1998.

L'annonce n'est visiblement qu'une autre étape d'un long feuilleton juridique.

L'Union cycliste internationale (UCI) avait déclaré plus tôt vendredi qu'elle attendrait que l'USADA explique sa décision de dépouiller Armstrong de ses titres avant de commenter le dossier.

« L'UCI a pris note de la décision de Lance Armstrong de ne pas recourir à un arbitrage dans le cas que l'USADA a lancé contre lui, écrit l'instance internationale du cyclisme dans un communiqué. En attendant que l'USADA explique sa décision, l'UCI n'a pas de commentaire à faire. »

La direction du Tour de France a quant à elle mentionné qu'elle attendrait les décisions prises par « les instances compétentes ».

Le Code mondial antidopage prévoit en effet que dans un tel cas, l'USADA doit soumettre à Armstrong, à l'UCI et à l'Agence mondiale antidopage (AMA) une décision expliquée de façon claire.

La position de l'UCI est cruciale, car c'est elle qui, techniquement, a l'autorité de déterminer si Armstrong est dépouillé de ses sept titres du Tour de France.

« Non seulement l'USADA n'a des compétences que sur son propre territoire, mais le rôle d'une agence antidopage est de déterminer si un athlète est dopé ou pas. Les sanctions sont du ressort en principe des fédérations internationales », souligne Denis Oswald, directeur du Centre international d'études du sport.

Le président de l'USADA, Travis Tygart, affirme de son côté que l'UCI, à titre de signataire du Code mondial antidopage, est tenue de reconnaître la décision de l'agence américaine et de l'imposer.

Selon l'Associated Press, l'UCI, qui a appuyé Armstrong quand ce dernier remettait en question l'autorité de l'USADA, pourrait envoyer le dossier devant le Tribunal arbitral du sport.

PLUS: