NOUVELLES

David Alward satisfait de la restructuration des régimes de retraite de la fonction publique

24/08/2012 06:18 EDT | Actualisé 24/10/2012 05:12 EDT

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick affirme que son nouveau modèle de régime de retraite suscite de plus en plus d'intérêt. Il invite les syndicats des secteurs public et privé ainsi que les gouvernements à adopter son modèle.

Les modifications au régime de retraite de la fonction publique provinciale ont été adoptées en mai, tel que proposé par un groupe de travail.

Selon le gouvernement, le régime, dit à risque « partagé », est maintenant plus sécuritaire et plus souple.

Certains syndicats l'ont adopté, comme celui des infirmières et des employés non médicaux des hôpitaux. Le premier ministre, David Alward, espère que d'autres syndicats leur emboîteront le pas.

« Maintenant, les différents groupes travaillent avec le groupe de travail sur les pensions pour chercher les solutions pour expliquer les opportunités », indique M. Alward.

Cependant, d'autres syndicats, comme ceux des enseignants, sont plus réticents. C'est que dans leur cas, la province assure 100 % des risques. La perspective de passer à un régime à risque partagé est donc moins alléchante pour eux.

Le gouvernement dit toutefois que son modèle suscite l'intérêt d'autres provinces comme l'Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador.

La Ville de Saint-Jean, dont le régime de pension est en piètre état, étudie la question. L'idée de partager les risques plaît au conseil municipal, souligne la mairesse suppléante, Shelley Rinehart.

Le Nouveau-Brunswick tiendra un symposium en février pour promouvoir son modèle.

PLUS: