NOUVELLES

États-Unis : le virus du Nil a fait 41 morts en 2012

23/08/2012 09:34 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

Depuis le début de l'année, 41 personnes sont mortes aux États-Unis après avoir contracté le virus du Nil occidental, qui se transmet aux humains par des moustiques infectés, selon l'agence de santé publique américaine, le Center for Disease Control (CDC).

Au total, 1118 cas ont été recensés en 2012, un record depuis la découverte de la maladie en 1999. Et ce nombre pourrait encore augmenter, a averti CDC. « Habituellement, nous observons un pic vers la mi-août, mais cela prend du temps de recenser le nombre de personnes touchées » et « on s'attend à voir de nouveaux cas dans les prochaines semaines », a expliqué la porte-parole de l'agence, Candice Burns Hoffman.

La moitié des personnes touchées ont été répertoriées dans les États du sud : Texas, Mississippi, Louisiane, Dakota du Sud et Oklahoma.

Le virus a connu sa plus forte propagation dans la région de Dallas, au Texas, où les autorités ont commencé à épandre des pesticides pour l'éradiquer. Dans ce seul État, la maladie a fait 19 morts et touché 537 personnes, dont 323 sont actuellement hospitalisées et risquent de garder des séquelles sur le plan neurologique.

Dans l'ensemble de l'année 2011, 43 personnes sont mortes aux États-Unis après avoir contracté le virus sur 712 cas recensés.

D'après la CDC, la propagation du virus en 2012 pourrait avoir été favorisée par un hiver particulièrement doux, un printemps précoce et un été chaud. D'autres facteurs pourraient être en cause : les oiseaux qui transportent le virus, le comportement des êtres humains et le nombre de moustiques.

L'agence de santé publique américaine rappelle les moyens de combattre le virus : s'asperger de chasse-moustiques, porter des vêtements à manches longues et éviter de sortir au moment où les moustiques sont particulièrement actifs, lorsque la nuit tombe. Elle suggère aussi d'éliminer les accumulations d'eau stagnante, où les insectes se reproduisent.

Identifié pour la première fois en 1937 en Ouganda, le virus du Nil occidental peut provoquer des symptômes semblables à ceux de la grippe. Une minorité de personnes touchées pourront cependant développer une méningite ou une encéphalite et risquer la mort.

Aucun traitement particulier n'existe pour la maladie, qui passera inaperçue chez 80 % des personnes infectées.

Il y a un mois, le ministère de la Santé du Québec mettait en garde contre la prolifération des moustiques, qui augmente le risque de contamination par le virus du Nil occidental. En 2011, 41 cas d'infections ont été répertoriés dans le sud-ouest de la province.

PLUS: