NOUVELLES

Profits en hausse pour la Banque de développement du Canada

23/08/2012 09:13 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

Le bénéfice net consolidé de la Banque de développement du Canada s'est élevé à 533,4 millions de dollars au cours de l'exercice 2012, comparativement à 347 millions de dollars en 2011.

Cette hausse s'explique essentiellement par la diminution de la provision cumulée pour pertes sur prêts et par l'augmentation des produits d'intérêts nets résultant de la croissance du portefeuille de prêts.

L'agence fédérale, qui a été mise sur pied essentiellement pour offrir du financement et de l'expertise aux entreprises canadiennes, a expliqué que sa division BDC Financement a accordé 3,6 milliards de dollars en nouveaux prêts pendant la période de 12 mois qui a pris fin le 31 mars.

Le bénéfice de BDC Financement s'élève à 504,7 millions de dollars pour l'exercice 2012, contre 305,6 millions de dollars pour l'exercice 2011.

Une autre division, BDC Financement subordonné, a octroyé 163,8 millions de dollars en financement. Son bénéfice s'élève à 36,2 millions, soit 15,8 millions de plus qu'à l'exercice précédent.

BDC Capital de risque a enregistré une perte de 42,7 millions de dollars, comparativement à une perte de 20,8 millions de dollars pour l'exercice précédent.

La perte de BDC Consultation est passée de 8,9 millions de dollars à 11 millions de dollars sur la base de revenus amoindris. BDC Titrisation a dégagé un bénéfice de 46,2 millions de dollars pour l'exercice, soit 24 millions de dollars de moins que pour l'exercice précédent.

La Banque de développement du Canada disposait de provisions pour pertes sur prêts de 610 millions de dollars à la fin de l'exercice, comparativement à 774,6 millions de dollars un an plus tôt. Les prêts douteux se sont aussi améliorés, reculant de 586,2 millions de dollars à 550,8 millions.

La BDC a versé un dividende de 68,6 millions de dollars au gouvernement fédéral, son seul actionnaire. Elle a aussi dépensé 656 millions de dollars pour racheter ses actions privilégiées.

PLUS: