NOUVELLES

La pêche au homard au N.-B. se déroule dans des conditions difficiles

23/08/2012 07:03 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

Des transformateurs de homard du sud-est du Nouveau-Brunswick qui connaissent des pertes importantes affirment que le début tardif de la pêche et la chaleur nuisent à l'industrie.

Ils expliquent que le homard ne survit pas à la chaleur intense durant le transport des quais aux usines, et qu'ils perdent environ 20 % des livraisons.

Normand LeBlanc, propriétaire de l'usine Captain Dan's, affirme qu'il n'a jamais perdu autant de homards auparavant. Il évalue ses pertes à 50 000 livres de homards jusqu'à présent.

Normand LeBlanc explique qu'en raison du report de la saison, la pêche se déroule au moment où les eaux du détroit de Northumberland sont particulièrement chaudes. Il ajoute que plusieurs pêcheurs sont mal équipés pour protéger leurs prises de la chaleur.

Pour améliorer la situation, M. LeBlanc, suggère entre autres de reporter la pêche en septembre quand les eaux sont plus fraîches où encore de pêcher la nuit quand il fait moins chaud.

Les pêcheurs se défendent

Les acheteurs ont aussi une part de responsabilité dans la situation, selon Christian Brun, directeur général de l'Union des pêcheurs des Maritimes.

« Ce ne sont pas seulement les pêcheurs qui amènent du homard jusqu'à l'usine. Il y a un acheteur sur tous les quais, il n'y a pas d'usine directement sur les quais, qui transporte le homard. On a su, on eu de l'information, que certains de ces acheteurs n'avaient pas l'équipement nécessaire pour maintenir la qualité du homard au degré qu'elle est sur les quais », explique Christian Brun.

La saison de pêche a commencé le 13 août, avec quatre jours de retard, après deux semaines de manifestations organisées par des pêcheurs. Ces derniers dénonçaient le faible prix qui leur était offert et l'importation de homard du Maine par des transformateurs.

PLUS: