BIEN-ÊTRE

Fréquentation : les hôtels parisiens peuvent mieux faire

23/08/2012 10:55 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

Avec un taux d'occupation en recul de 0,7 point au cours du premier semestre 2012 (à 79%), l'hôtellerie parisienne reste fortement concurrencée par les grandes villes asiatiques où la fréquentation dépasse les 80%.

Selon des données présentées par l'Office du tourisme et des congrès de Paris (OTCP), jeudi 23 août, Paris dispose encore d'importantes marges de manoeuvre pour améliorer la fréquentation globale de ses hôtels.

A titre de comparaison, à Tokyo, au cours de la même période, la fréquentation hôtelière a explosé de 18 points sur un an, pour atteindre 82%. A Singapour et Hong-Kong, les augmentations ont été moins impressionnantes, mais le taux moyen affiché par les établissements est, lui, particulièrement élevé (respectivement 86% et 88%).

Pour Paul Roll, directeur général de l'OTCP, "la capitale peut encore largement améliorer ses résultats, grâce notamment aux prochains projets hôteliers prévus dans les prochaines années".

"Pour l'instant, plus d'une quarantaine de nouveaux projets devraient permettre la création de près de 4.000 chambres dans les quatre à cinq prochaines années", rappelle l'office.

"Contrairement aux anciens projets, qui reposaient sur une cinquantaine de chambres, ceux à venir proposent une capacité de 100 chambres en moyenne", ajoute Paul Roll. Par exemple, le Peninsula Paris, dont l'ouverture est prévue pour l'année prochaine, sera doté d'une capacité de 200 chambres.

Jusqu'alors, le développement de l'offre hôtelière à Paris était plutôt lente. Entre 2008 et 2012, près de 1.700 chambres ont été créées, soit 2% du parc actuel.