DIVERTISSEMENT

Dévoilement du 18e Festival international de la littérature du 21 au 29 septembre 2012

23/08/2012 02:29 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT
Courtoisie

«Dix-huit ans, c'est l'âge qu'avaient Rimbault et Nelligan lorsqu'ils ont écrit certaines de leurs plus grandes oeuvres. C'est l'âge de la liberté, de l'audace et de la rébellion.» Michelle Corbeil, directrice générale et artistique, n'aurait pu trouver meilleurs mots pour lancer et annoncer les festivités entourant le 18ème Festival international de la littérature (FIL).

«Le Festival a failli ne pas revenir cette année», dit-elle avec émotion. L'année dernière, le Patrimoine canadien a coupé une important part de sa subvention, à quelques semaines de l'événement, lui causant une belle frousse.

Mais l'organisatrice a su remonter la pente à grands coups de soirées-bénéfice, de recherches de nouveaux partenaires et de coups de fil répétés aux subventionnaires.

«Jamais je n'ai reçu autant de lettres de soutien», se souvient-elle. Aujourd'hui, le FIL n'est plus à l'agonie, mais il reste toujours fragile.

«Ce festival, c'est 200 écrivains et artistes, un cinquantaine de manifestations et des gens qui travaillent fort et qui ont envie de transmettre leur passion des mots. Ce sont eux qui comptent.»

Et ceux qui comptent ont bien l'intention de nous faire vivre, de différentes façons, le bonheur de la lecture et des mots. Poètes, écrivains, auteurs, figures incontournables de la littérature et jeunes artistes se partageront donc, du 21 au 29 septembre prochain, le feu des projecteurs et de la vie en participant à près de 50 manifestations littéraires.

On y lira, on y récitera de la poésie, on discutera, on mettra des mots en scène, on usera de musique, d'images et de folie dans le seul but de rendre accessible la littérature et de faire lire les gens.

«Dans l'époque dans laquelle on vit, il y a plein de réponses que l'on peut trouver à travers les livres», croit la directrice artistique. «C'est la raison pour laquelle j'ai voulu que ce festival en soit un de paroles très fortes, inspirantes, parfois rebelles, qui nous font réfléchir.»

En plus du spectacle littéraire Les bruits du monde en soirée d'ouverture et de la rencontre du grand Jean-Louis Trintignant - accompagné de ses Trois poètes libertaires du XXe siècle: Prévert, Vian, Desnos - chacun aura la possibilité d'y trouver son petit bonheur littéraire. On aura aussi la chance d'entrer dans le superbe univers musical des Éléments de Tristan Malavoy ou en assistant à la soirée de clôture avec Nancy Huston.

Il faut aussi se rendre visiter les chambres littéraires du FIL; un village éphémère dédié à la littérature en plein coeur du Quartier des spectacles.

La comédienne Bénédicte Décary, qui en est à sa quatrième participation aux soirées «Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent» promet quelque chose «d'extraordinaire.»

«Nous sommes des porteurs de poèmes», dit-elle. «Je ne sais pas encore exactement ce que je vais faire car à chaque année ça change et c'est extraordinaire! C'est comme un espèce de show rock où on est totalement libre et où l'on joue comme des enfants.»

Si la lecture est le garant d'une société plus démocratique, selon Michelle Corbeil, une chose est claire: «le FIL est un événement littéraire mais non politique. Ce que l'on peut proposer par contre, c'est de dire "tournez-vous vers les livres, il y a peut-être des réponses à vos interrogations"».

Le 18ème Festival international de la littérature se tiendra du 21 au 29 septembre 2012

Pour plus d'informations sur la programmation, cliquez ici.

Billets en vente dès maintenant à la billeterie du FIL située à La Vitrine.

INOLTRE SU HUFFPOST

FIL 2012