NOUVELLES

Baisse des prix du café puisque les Européens ont moins d'argent pour en boire

23/08/2012 09:23 EDT | Actualisé 23/10/2012 05:12 EDT

Avec un taux de chômage qui avoisine les 25 % et une baisse de leurs revenus, de nombreux Espagnols n'ont plus les moyens de se rendre au café pour déguster leur tasse quotidienne. Les Italiens ont eux aussi réduit leur consommation de café, ce qui a poussé le prix des grains à la baisse.

Selon le Wall Street Journal, les importations de café en Espagne ont chuté de 6,6 % par rapport à l'année dernière, au cours du trimestre qui s'est terminé en avril. Celles de l'Italie ont diminué de près de 3 %, alors qu'elles sont demeurées stables pour l'ensemble de l'Union européenne. L'Europe importe plus de la moitié du café produit dans le monde chaque année.

La baisse de la demande serait à l'origine d'un mouvement observé sur les prix des différents types de café.

L'arabica, le café le plus recherché et le plus cher, a vu son prix chuter de 30 % depuis le début de l'année, tandis que celui du robusta, dont on se sert davantage pour le café filtre, s'est apprécié de 18 %. Le cours de l'arabica, négocié aux États-Unis, était de 1,59 $ la livre mercredi, alors que le robusta, négocié à Londres, s'échangeait à 2081 $ la tonne métrique. Il semble donc que les consommateurs se contentent plus facilement d'un café de moindre qualité, dont les grains sont par conséquent de plus en plus demandés.

Si les Espagnols et les Italiens modèrent leur consommation d'expresso et de capucino, il est cependant peu probable qu'ils délaissent le café au profit du thé, qui est généralement moins cher. Selon l'Association américaine du thé, la popularité du thé est relativement faible en Europe, sauf dans les pays du nord tels que le Royaume-Uni et l'Irlande.

PLUS: