Huffpost Canada Quebec qc

Le maire de Laval aurait donné 10 000 $ comptant à un ex-collecteur du PQ

Publication: Mis à jour:
GILLES VAILLANCOURT
PC

Radio-Canada a appris que le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, aurait donné 10 000 $ comptant à un ex-collecteur de fonds du Parti québécois, Claude Vallée, durant la campagne électorale provinciale de 1994. Cette présumée affaire de financement illégal a été dénoncée à l'escouade Marteau de la Sûreté du Québec.

Ingénieur et homme d'affaires, Claude Vallée a amassé de l'argent durant plusieurs années pour le Parti québécois dans la couronne nord de Montréal.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, M. Vallée a fait une déclaration écrite à l'escouade Marteau à l'été 2011. Il y explique avoir reçu ces 10 000 $ comptant du maire Vaillancourt, en pleine campagne provinciale en 1994.

Claude Vallée affirme avoir remis cet argent à Michel Goyer, alors organisateur péquiste pour le candidat David Cliche dans la circonscription de Vimont à Laval, ce qui viole la loi sur le financement des partis politiques.

En entrevue téléphonique, Claude Vallée n'a pas nié avoir reçu l'argent du maire Vaillancourt.

Radio-Canada : « Est-ce que vous infirmez nos informations? »

Claude Vallée : « Je refuse de répondre à Radio-Canada. »

Radio-Canada : « Je comprends, mais je vous donne l'occasion de nier nos informations. »

Claude Vallée : « Je vous répète que je ne parle pas à Radio-Canada. »

Radio-Canada : « Est-ce que vous niez ou infirmez? »

Claude Vallée : « Je vous dis au revoir... soyons polis. »

Michel Goyer et David Cliche ont nié s'être fait offrir cet argent.

Ce ne serait pas la seule fois que le maire de Laval aurait offert de l'argent comptant dans des enveloppes lors d'une élection provinciale. En novembre 2010, le député libéral Vincent Auclair et l'ex-ministre péquiste Serge Ménard ont aussi dénoncé Gilles Vaillancourt, qui leur aurait offert des milliers de dollars.

Gilles Vaillancourt a réfuté ces allégations et a alors menacé de poursuivre Serge Ménard et Vincent Auclair, qui disaient avoir refusé l'argent. M. Vaillancourt a finalement décidé de ne pas engager de poursuite.

Au lendemain de nos reportages en 2010, Daniel Lefebvre, ex-associé et ami de Claude Vallée, laissait entendre que d'autres personnes, dont M. Vallée, auraient reçu de l'argent comptant du maire de Laval.

Daniel Lefebvre : « Écoutez, certainement des dons en argent. »

L'animateur Simon Durivage : « En avez-vous vu circuler? »

Daniel Lefebvre : « Moi non, mais ça m'a été rapporté par des proches de l'administration, qui, j'en suis certain, si on leur demande, vont témoigner de la chose. Le cas Ménard et le cas Auclair, quant à moi, ne sont pas des cas uniques. Et je suis porté à croire les personnes qui m'en ont informé à l'époque et encore aujourd'hui. »

Pour sa part, le maire Vaillancourt dit n'avoir jamais donné 10 000 $ à Claude Vallée.

Radio-Canada : « Il y en a un des deux qui ment. C'est vous ou M. Vallée? »

Gilles Vaillancourt : « Définitivement, c'est M. Vallée, pas moi. »

Radio-Canada : « Donc, M. Vallée est un menteur. »

Gilles Vaillancourt : « Je vous laisse interpréter, mais moi je vous dis que je n'ai jamais fait ce que M. Vallée dit que j'ai fait. »

Les allégations de financement illégal des partis politiques s'accumulent dans la région de Laval. Aucun cas n'a été porté devant les tribunaux.

D'après un reportage de Christian Latreille

Sur le web

Charest confiant de remporter Laval en bloc

L'intégrité de la CAQ remise en q...