NOUVELLES

Charlevoix-Côte-de-Beaupré : le redécoupage électoral nuit à Pauline Marois

22/08/2012 04:43 EDT | Actualisé 21/10/2012 05:12 EDT

La lutte s'annonce serrée dans la circonscription de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, un fief péquiste depuis 18 ans. Le redécoupage électoral a agrandi la conscription qui, désormais, comprend près d'une dizaine de municipalités de plus. Celles-ci étaient liées auparavant à Montmorency, une circonscription qui, au fil des dernières années, a été représentée par des députés libéraux ou adéquistes.

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, y remporte ses élections depuis 2007. Lors de son passage dans sa circonscription, elle affichait une grande assurance quant à sa réélection. « Alors moi, je compte sur vous. Je vous confie le comté parce que je vais aller m'occuper de l'ensemble du Québec. Je vais toujours penser à vous », a-t-elle dit.

La candidate libérale, Claire Rémillard, dit sentir un vent de changement dans la région, d'autant plus que le redécoupage électoral pourrait lui être favorable. En effet, une partie du territoire, qui inclut pas moins d'une dizaine de municipalités, était auparavant représentée par le libéral Raymond Bernier.

« C'est vraiment libéral. Je le sens sur le terrain. Les gens sont habitués, ils ont été beaucoup choyés avec Raymond Bernier. [...] Dans l'est, c'est plus péquiste, mais en même temps, les gens disent : ?Écoutez, on n'a pas de présence d'une députée.? Je pense que les gens sont prêts pour du changement. »

Claire Rémillard a été attachée de presse pour des ministres libéraux pendant de nombreuses années. Elle se dit convaincue que la lutte se jouera entre Pauline Marois et elle. « Vous les voyez où, les caquistes, en ce moment? Moi, je ne les vois pas dans le comté ici. »

De son côté, le candidat de la Coalition avenir Québec, Ian Latrémouille, est un ancien militant adéquiste. C'est la première fois qu'il se porte candidat. « Avec le nouveau redécoupage, ça brasse les cartes. Puis, tous les espoirs sont permis. »

Le redécoupage électoral soulève des inquiétudes

Le préfet de la municipalité régionale de comté (MRC), Pierre Lefrançois, se dit inquiet de voir la Côte-de-Beaupré faire maintenant partie de la circonscription de Charlevoix.

Selon lui, les gens de la Côte-de-Beaupré ont beaucoup plus de points en commun avec les citoyens de Québec qu'avec les gens de Charlevoix. Il craint aussi de ne pas être aussi bien représenté dans une circonscription aussi vaste. « Notre réalité n'est pas dans Charlevoix, elle est plus dans la région de Québec. La majorité des gens qui demeurent sur la Côte-de-Beaupré travaillent sur la Côte-de-Beaupré ou dans la région de Québec. Ça nous donne un comté qui est énorme. Comment le nouveau député va-t-il arriver à satisfaire à la tâche? On était habitué à une proximité avec notre député. »

Le redécoupage de la carte électorale a fait passer le nombre d'électeurs de 33 300 à plus de 50 600.

PLUS: