Huffpost Canada Quebec

L'étau se resserre sur le PLQ, un ancien organisateur invite à voter CAQ

Publication: Mis à jour:
CAQ
Courtoisie

MONTRÉAL - La Coalition avenir Québec (CAQ) a continué ses efforts mardi pour conquérir le vote anglophone et fédéraliste.

La CAQ a mené son entreprise de séduction auprès des anglophones, notamment en transportant sa caravane dans l'ouest de l'île de Montréal.

«Nous avons un message clair pour tous les fédéralistes», a dit le candidat Gérard Deltell.

«Venez avec nous. Nous vous souhaitons la bienvenue», a-t-il dit en ouvrant largement les bras.

Selon M. Deltell, plusieurs libéraux se rallient au parti de François Legault.

«Des libéraux qui sont gênés de la gouvernance de M. Charest et qui ne reconnaissent plus le parti», a-t-il indiqué.

Jean-Paul Boily, un militant libéral de longue date et ancien organisateur politique, en a ajouté en invitant ses pairs, mardi, à voter pour la CAQ.

Le chef libéral a tenté de cacher l'impact de cette fronde en martelant vouloir faire campagne sur les enjeux et non des positions individuelles. Jean Charest a aussi insisté sur les options qui s'offrent aux électeurs.

«La communauté anglophone ne votera pas pour démanteler ses propres commissions scolaires; quant à Mme Marois, elle n'a pas la franchise de dire quand elle tiendra son référendum», a mentionné M. Charest lors d'un point de presse.

Le chef libéral a par ailleurs fait une annonce pour les aînés en confirmant que les proches aidants pourront bénéficier d'un soutien financier plus important. Le crédit d'impôt remboursable auquel ils ont droit chaque année sera haussé de 1000 $ avec un gouvernement libéral. Les familles tentées d'acheter ou transformer une propriété intergénérationnelle pourront bénéficier d'un prêt sans intérêt de 10 000 $ pour réaliser leur projet.

De son côté, Pauline Marois a attaqué son ancien collègue François Legault.

Refusant de l'identifier comme une menace pour son parti, la chef péquiste a plutôt choisi de le présenter comme étant redoutable pour l'ensemble de la province.

«Maintenir la hausse des frais de scolarité, annoncer que l'on va couper 7000 emplois, je crois que ça va perturber un peu le climat social», a commenté Mme Marois.

Mais la lutte ne divise pas que la droite. Chez les souverainistes, le torchon brûle aussi. Le chef Jean-Martin Aussant estime qu'Option nationale demeure la formation la plus claire.

«Le Parti québécois parle de voir un jour le moment opportun alors que Québec solidaire veut discuter de la chose dans une constituante qui pourrait mener à une réforme du fédéralisme plutôt qu'à la souveraineté», a soutenu M. Aussant.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Jean Charest en campagne
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction