Le Parti québécois (PQ) veut donner un nouvel élan à la consommation de produits locaux et promet de faire la promotion des produits agricoles de la province.

« Depuis 1985, la proportion d'aliments produits au Québec que nous consommons tous les jours s'est effondrée. Elle est passée de 78 % à 33 %. Un gouvernement du Parti québécois ramènera cette proportion à 50 %. Il faut retrouver la fierté d'acheter québécois », a déclaré vendredi la chef du Parti québécois, Pauline Marois, lors d'un point de presse à Lévis aux côtés de candidats péquistes et de représentants de l'Union des producteurs agricoles (UPA).

Si le PQ promet notamment de favoriser l'émergence de produits d'appellation contrôlée, comme l'agneau de Charlevoix, grâce à son plan pour la « souveraineté alimentaire ». En ce moment, l'obtention de cette certification relève du « parcours du combattant », a dit Mme Marois, et il faut la simplifier.

Un gouvernement péquiste tentera aussi de convaincre les supermarchés, les hôtels, les restaurants et d'autres institutions d'acheter des produits québécois. Des avantages fiscaux pourraient faire partie de cette stratégie, a dit Mme Marois.

Par ailleurs, le PQ veut protéger les terres agricoles en interdisant leur achat par des fonds spéculatifs.

Pas de cadre financier avant les débats

Contrairement à la Coalition avenir Québec (CAQ) et au Parti libéral du Québec (PLQ), le PQ ne présentera pas son cadre financier avant le débat de dimanche soir.

Pauline Marois a justifié sa décision en affirmant que toutes ses promesses avaient été chiffrées jusqu'à présent et que ses engagements « responsables » ne mettront pas « les finances du Québec en mauvais état ». Lors d'un point de presse en après-midi à Québec, elle a toutefois indiqué que le coût de ses engagements ne dépassera pas 1 milliard de dollars.

L'entourage de la chef a ensuite dû expliquer que cette somme s'ajoutera graduellement au budget québécois, au cours d'un mandat péquiste. À la fin de ce terme, de quatre ou cinq ans, une somme de 1 milliard s'ajoutera aux dépenses prévues.

Pour compenser totalement ces dépenses supplémentaires, les péquistes misent sur les revenus provenant d'une hausse des redevances minières et de la croissance économique.

Un gouvernement du PQ maintiendrait l'objectif du retour à l'équilibre budgétaire lors de l'exercice 2013-2014.

Mme Marois n'a pas précisé quand elle présentera son cadre financier mais elle a assuré qu'il correspondra au montant avancé vendredi.



Loading Slideshow...