Quelques centaines de lesbiennes ont marché mardi soir dans les rues du centre-ville de Montréal. À quelques jours du défilé de la Fierté LBGT (pour lesbienne, gay, bisexuelle, et transgenre), elles voulaient se faire remarquer et célébrer leur identité.

Cette marche, qu'elles ont qualifié d'historique, poursuivait un triple objectif: dénoncer la lesbophobie qu'elles subissent au Québec, décrier les politiques conservatrices qui menacent leurs droits et renouer avec leur histoire.

Elle visait aussi à réajuster l'image des lesbiennes, « déformée et hypersexualisée par Hollywood et l'industrie pornographique », selon le Collectif de la marche des lesbiennes, qui organisait l'événement.

Revendicative, cette marche était aussi festive. Les lesbiennes ont ainsi fait des haltes devant des lieux « qui ont fait vibrer » la communauté lesbienne à Montréal à différentes époques.

La présidente de la fédération des femmes du Québec, Alexia Conradi, a prononcé un bref discours devant la Clinique Morgentaler afin de souligner l'apport des lesbiennes aux luttes féministes.

Loading Slideshow...